S’il y a bien un sujet qui est tabou, c’est la pornographie. Il n’est pas rare d’entendre des gens qui indiquent ne jamais visionner ce genre de produit, la VOIX des Hommes s’est donc donné la mission de contacter le plus important producteur québécois de films pour adultes, Pegas Production, afin de démystifier le sujet.

Le propriétaire de Pegas Productions assure recevoir quotidiennement plusieurs candidatures d’homme qui souhaitent faire carrière dans le domaine des films XXX (Photothèque)

Nicolas Lafleur a quitté son emploi dans le domaine de l’aménagement paysager il y a 14 ans pour ouvrir sa boîte de production pornographique. Il est donc l’un des mieux placer pour confirmer que même si la clientèle est majoritairement masculine, il ne faut pas croire que les films pornographiques ne sont pas également consommés par les femmes.

« Notre ratio de membres est composé de 85 % d’hommes et 15  % de femmes, indique Nicolas Lafleur. Mais il est important de souligner que les femmes qui s’abonnent à notre site consomment de la pornographie de la même façon que les hommes. Disons qu’elles préfèrent les scènes un peu plus chaudes. »

Beaucoup d’appeler et peu d’élus

Le propriétaire de Pegas Productions assure recevoir quotidiennement plusieurs candidatures d’homme qui souhaitent faire carrière dans le domaine des films XXX. Mais un fait reste important. Ce domaine
n’est vraiment pas pour tous.

« Le gars peut-être aussi beau que Brad Pitt, s’il n’est pas capable d’avoir une bonne érection, ça ne donne rien, indique Nicolas Lafleur. Même si dans sa vie personnelle il n’a aucun problème de performance, sur un plateau c’est beaucoup plus intimidant. Ce que je suggère pour un gars qui souhaite tenter sa chance c’est de se démarquer en posant sa candidature. Lorsque nous avons besoin de nouveaux visages, nous regardons dans notre banque. Mais je précise toujours un point important. Même si l’acteur ou l’actrice prend un autre nom, ça finit toujours par se savoir. Il faut donc être prêt à vivre avec les conséquences. »

S’adapter

L’industrie des films pour adultes a subi des changements importants au fil du temps. Alors qu’auparavant les scènes se déroulaient entre deux acteurs, désormais cette tendance semble chose du passé.

« On peut aller partout, dit M. Lafleur. Il y a des modes. Présentement ce qui est courant ce sont des scènes où une actrice personnifie une belle mère et qu’elle a une relation avec son beau-fils. Une autre chose qui fait sensation c’est lorsque les acteurs incarnent des demi-frères et des demi-sœurs. La demande est bonne pour ce type de produit. »

L’industrie cinématographique du divertissement pour adultes se renouvellera constamment expose Nicolas Lafleur. Les scènes sont souvent tournées avec comme scénario des fantasmes qui les gens souhaiteraient réaliser. Cependant, il y a bel et bien des types de scénarios que le propriétaire de Pegas Production ne compte pas aborder.

« Je ne veux pas toucher à ce qui va à l’encontre de l’éthique, dit-il. Il faut que ça se fasse dans le respect, le plaisir et le consentement. Jamais je ne vais produire une scène qui représente un viol. »

Steve Sauvé

Steve Sauvé

Journaliste

Laisser un commentaire