Je suis un homme. Du moins, la dernière fois que j’ai regardé, j’en étais un. Même si je suis débordant de testostérone et que je m’assume pleinement, si je me compare avec la génération masculine qui m’a précédé, je constate que l’aspect virilité en a pris pour son rhume.

Mon grand-père travaillait sur un bateau. Il pouvait partir des mois complets, et ce, sans avoir de nouvelles de ma grand-mère et de ses 4 filles. Était-il inquiet? J’imagine que oui, mais c’était chose courante que l’homme quitte pour aller travailler. D’ailleurs, je crois que l’expression « Attends que ton père revienne » a sûrement été inventée à cette époque.

Différents sujets

Lorsque nous avons eu une rencontre au sujet de la première édition de la Voix des hommes, j’avais la tête pleine d’idée. Pour moi, il était évident que je souhaitais parler de chasse, d’alcool, de muscle et même de sexe. Pourtant, la réalité m’a rattrapé. Si les sujets sont nombreux, il faut trouver les intervenants pour en discuter. Si à une époque être un homme était synonyme de certaines choses, à l’aube de 2020, peu de gens sont enclins à aborder des sujets plus délicats. N’allez surtout pas croire qu’il n’y a plus d’homme dans les bars de danseuses, mais je peux confirmer que plus personne ne veut accorder d’entrevue afin d’admettre qu’une soirée entre gars termine régulièrement dans un bar dans lequel les petites culottes n’ont généralement pas leur place.

Être un homme en 2019 passe régulièrement par la réussite personnelle. Le fait d’avoir acquis des biens, d’avoir fondé et d’être présent pour sa famille. D’être un chef de meute, mais, derrière la louve. Oui, les hommes ont encore une place dans la société, mais, peut-être sommes-nous plus gênés de la prendre.

La ligne est mince

L’époque du macho est aussi terminée. Même les blagues à cet effet n’ont plus leur place. La distinction entre avoir l’air d’un colon et avoir l’air d’un homme est parfois mince. La ligne est belle et bien là et déjà tracée, mais, les seules fois où il est possible de la traverser est dans une réunion de boys. Vous savez le genre de soirée arrosée à jouer au poker dans le sous-sol et qui se termine habituellement lorsqu’un des gars reçoit un appel sur son cellulaire afin de savoir à quelle heure il compte rentrer à la maison.

Steve Sauvé

Steve Sauvé

Journaliste

Laisser un commentaire

INSCRIVEZ-VOUS
À NOTRE INFOLETTRE

MERCI POUR VOTRE
ABONNEMENT!