Âgé de seulement 15 ans, les espoirs sont grands en enduro-cross envers Sky Metcalfe. L’adolescent est tellement talentueux qu’il vient de signer une entente avec un important constructeur de motos dont le siège social est situé en Europe.

C’est derrière le guidon d’un motocross Sherco 125 SE Factury, que Sky Metcalfe affrontera les pistes lors de la saison 2021. L’adolescent, qui en est uniquement à sa troisième saison sur le circuit de la Fédération des motocyclistes de sentiers du Québec, retient déjà l’attention des commanditaires.

Le monde du motocross est un domaine familier pour Sky et les membres de sa famille. Celui qui est étudiant à l’école secondaire de la Cité-des-Jeunes à Vaudreuil-Dorion est le fils de l’ancien champion du Québec d’enduro-cross Michel Metcalfe. D’ailleurs, c’est le paternel qui a transmis sa passion à ses fils.

« Chez nous, le motocross est notre vie, depuis plusieurs générations, dit la mère de l’adolescent, Mélanie Lavigne-Betchel. Nous sommes très fiers de Sky. C’est le plus jeune coureur commandité au Canada par Sherco. Lui et son frère Chase, 11 ans, qui est champion provincial d’enduro-cross chez les Pee-Wee A, ont ça dans le sang. Ça sentait le gaz de 2 temps même dans mon ventre. »

Sky était encore un bébé lorsqu’il a embarqué sur une moto pour la première fois sur les genoux de son père. (Photothèque)

Même s’il ne compétitionne plus, le père de Sky est encore proche de ses anciens rivaux. L’un d’eux est le président de Sherco Canada, Guy Giroux. « Ils sont de bons amis aujourd’hui. Michel a approché Guy avec l’idée, et Guy, connaissant très bien Michel nous a dit que si Sky a la tête aussi dure que son père, qu’il sera féroce dans le sport. »

Les conseils du père

Évidemment, lorsque l’on peut compter sur les conseils d’un ancien champion, cela aide grandement. Sky assure que c’est le cas. « Mon père me donne de bons conseils, dit-il. Je ne suis toujours pas aussi rapide que lui, mais ça s’en vient. Désormais, je le rattrape sur la piste. Avec ma nouvelle moto de Sherco, je crois que je vais le devancer. »

La journée où Sky devancera son père, ça ne sera pas une surprise dans le monde de l’enduro-cross. « Des amis avec qui mon père compétitionnait me disent souvent que je suis plus rapide que lui lorsqu’il avait mon âge. Je m’entraîne vraiment fort, et ce à tous les jours. Comme c’est impossible de pratiquer le motocross l’hiver au Québec, nous allons en Floride en famille et nous apportons nos motos. Ça nous donne l’occasion de nous entraîner. Pour donner une idée, en 3 ans sur le circuit, j’ai cumulé 400 heures sur ma moto. C’est énorme. »

La passion pour la moto est bien réelle chez Sky Metcalfe. Comme un tapis de neige et de glace recouvre le sol québécois pendant plusieurs mois, l’étudiant en secondaire 3 a trouvé une façon de rester actif. Il faut comprendre qu’en raison de la pandémie, il est impossible de traverser la frontière. « Cet hiver, j’ai fait du snow bike. C’est similaire à un motocross, mais la roue arrière est remplacée par une chenille de motoneige et la roue avant par un ski. J’ai aussi eu la chance d’embarquer sur ma moto puisque nous avons fait l’installation de crampons sur les pneus. »

Blessures

Les blessures sont chose courante dans le monde des sports extrêmes. Rares sont ceux qui pratiquent ce genre de discipline et peuvent dirent qu’ils n’ont jamais subi de blessure. Sky Metcalfe ne fait pas exception à la règle. « Ce n’est pas toujours évident pour mes parents. J’ai eu une blessure au dos et j’ai fait sept commotions cérébrales. La dernière fois, j’ai été 9 heures à l’hôpital. Je me souviens que j’ai tenté de faire un saut, mais j’allais beaucoup trop vite. J’ai atterri sur le plat plutôt qu’à l’endroit où je devais atterrir. C’est évident que mes parents sont parfois inquiets, mais je ne m’imagine même pas arrêter. »

Questionnée sur cet aspect plus dramatique du sport, la mère de Sky explique que c’est extrêmement difficile pour un cœur de parent, mais qu’elle est d’avis qu’il faut encourager les enfants vers leur passion, peu importe le risque. « Que ce soit en planche à neige, au hockey, au football ou au soccer, les risques sont toujours présents. Chez nous, le motocross est notre vie, depuis plusieurs générations. The Sky is the limit. Chase your dreams. »

Steve Sauvé

Steve Sauvé

Journaliste

Laisser un commentaire