Tournée des élues : Marilyne Picard, députée de Soulanges | VIVA MÉDIA Skip to main content

Cette semaine, VIVA MÉDIA a eu le plaisir de s’entretenir avec la députée de Soulanges Marilyne Picard. La pandémie, ses réalisations et son apprentissage du métier de députée ont été discutés durant cet entretien.

Crédit photo : Bureau de la députée de Soulanges

La députée caquiste a eu un rôle bien spécial au début de la pandémie de Covid-19. Ayant déjà la fonction d’adjointe parlementaire pour la ministre de la Santé de l’époque Danielle McCann, elle est devenue le lien direct entre les autres députés et la ministre. En d’autres mots, Mme Picard recevait les commentaires et les problèmes des députés par rapport à la pandémie. Par la suite, elle devait faire le suivi pour que les informations soient transmises à la ministre de la Santé.

« C’était un peu fou les premières semaines de la Covid-19, surtout avec mes nouvelles responsabilités, mentionne Marilyne Picard. Je recevais des centaines de courriels par jour qui provenait de plusieurs députés. Mon devoir était que toute l’information se rende de manière intelligible à Mme McCann. »

La députée Picard mentionne aussi que son équipe a fait un travail exemplaire. L’équipe a travaillé 7 jours sur 7 et plus de 12 heures par jour durant le premier confinement. La députée caquiste confie qu’elle avait un devoir de propager l’information la plus précise, mais aussi la plus claire possible. Mme Picard affirme que son plus grand travail a été de transmettre le message du gouvernement et être capable de répondre aux questions des citoyens par la suite.

La communication avec les autres paliers de gouvernement fut bénéfique pour passer au travers de la première vague, explique la députée de Soulanges. Elle donne l’exemple des maires et mairesses de la région qu’elle a appelé toutes les deux semaines. Durant ces appels, il était question des besoins criants des municipalités.

« En voyant l’été arrivé, les maires et mairesses ont demandé de l’argent afin de tenir leurs camps de jour respectif, affirme-t-elle. J’ai transmis l’information à Andrée Laforêt la ministre des Affaires municipales qui a annoncé des subventions pour les villes quelque temps après. Ce fut un grand travail de coordination. »

 

Réalisations

Après deux ans de mandat à titre de députée de Soulanges, Marilyne Picard se dit fière de ses réalisations sur le terrain.

Un des premiers dossiers sur lequel elle a travaillé est l’électricité à Rivière-Beaudette et à Saint-Polycarpe. Les deux municipalités avaient de gros problèmes avec ce service. Plusieurs pannes fréquentes étaient observées un peu partout sur leur territoire. Avec l’aide d’Hydro-Québec, la députée a fait avancer le dossier et la station électrique de Saint-Polycarpe est en rénovation en ce moment. Les problèmes de coupures de courant devraient disparaître avec la finalisation de ce projet, selon la députée.

Les inondations de 2019 ont aussi rempli son quotidien pendant des mois. Elle affirme que sa priorité durant les inondations était que les gens soient en sécurité et que les sinistrés puissent tourner la page rapidement.

« Quand je suis arrivé en 2018, il y avait des dossiers des inondations de 2017 qui n’étaient pas encore complétés, souligne-t-elle. Je les ai rapidement complétés de sorte qu’au moment des inondations de 2019, j’avais les mains libres pour régler les dossiers en court. À ce jour, la quasi-totalité des dossiers sont finalisés. Il ne reste que quelques réclamations avec des ajustements à faire. »

 

Un guide de survie pour les députés

Étant une nouvelle venue dans le monde de la politique, la question de l’apprentissage du métier de députée a été abordée.

Elle mentionne qu’avant de se lancer en politique, elle a contacté Marguerite Blais qui est maintenant la ministre responsable des Aînés et des Proches aidants. Mme Blais lui a dit une phrase qui là poussée à faire le grand saut : « La politique, c’est la place pour changer les choses. »

La députée de Soulanges raconte qu’après avoir été élue, elle a assisté à des formations offertes par les ressources humaines de l’Assemblée nationale. Dans ces rencontres, il était question des règles de bon fonctionnement du parlement. Que ce soit la période des questions, les commissions parlementaires ou les séances au Salon Bleu, tout est expliqué aux nouveaux venus.

Bien que ces formations soient pertinentes pour apprendre les bases, Mme Picard croit que la majorité de l’apprentissage se fait sur le moment.

« On apprend vraiment sur le tas, confie la députée. On doit se souvenir des noms de tous nos collègues et d’où ils viennent. En plus de tout cela, il faut siéger aux commissions parlementaires et ça peut être déroutant la première fois. »

 

Circonscription en danger?

Le premier ministre François Legault a fait des déclarations récemment sur des circonscriptions qui seraient possiblement en danger. Soulanges a été mentionné parmi celles-ci.

Questionnée sur ces déclarations, la députée Picard n’était pas surprise des propos de son chef.

« C’était une circonscription libérale depuis plus de 40 ans, affirme-t-elle. Je suis consciente que la lutte dans mon comté va toujours être serrée entre la CAQ et les libéraux. Je continue de faire mon travail et je ne me préoccupe pas trop de cela. Les gens verront mon bilan après mes quatre années et ils jugeront. »

Laisser un commentaire

INSCRIVEZ-VOUS
À NOTRE INFOLETTRE

MERCI POUR VOTRE
ABONNEMENT!