Linda Strong Gallant annonce officiellement qu’elle défendra les couleurs du Parti libéral du Canada lors de la prochaine élection fédérale. Pour la candidate, c’est le résultat d’une évidence qu’elle-même savait inévitable.

Impliquée dans la région depuis quelques décennies, la dame de 63 ans était à organiser sa retraite lorsque des discussions se sont entamées avec le parti politique fédéral. Cette fois, tout était en place, le timing était parfait.

« Je me suis souvent impliquée en politique, dit Linda Gallant. Être candidate, c’est quelque chose qui m’a souvent été offert. Cette fois, j’ai décidé de saisir l’occasion. Lorsque j’ai consulté ma famille, il n’y a personne qui a été surpris. Ils savaient tous que ça allait finir par arriver. »

Mme Gallant est femme qui s’est continuellement dévouée pour plusieurs organismes. D’ailleurs, elle siège à six différents conseils d’administration tout en s’occupant de son entreprise. À titre de députée, elle entend faire rayonner la circonscription de Salaberry-Suroît.

(Photo Steve Sauvé)

« Je suis née à Pincourt, je vis a Sainte-Marthe et ma mère vient de Saint-Anicet, dit Mme Strong Gallant. Je peux donc dire que je suis une vraie citoyenne de Salaberry-Suroît. Je crois qu’il y a plusieurs beaux défis à relever dans le comté et c’est ce qui me motive. »

Environnement

L’environnement est à la base même du quotidien de Linda Gallant. Elle est une ardente défenseuse de la cause environnementale. *Nos terres à Sainte Marthe sont zonées vertes, chaque petit geste est important lorsqu’il est question d’environnement. Que ce soit pour la protection des terres ou pour nos cours d’eau, il faut agir. Il faut sensibiliser la population. »

Pour Mme Strong Gallant, il est primordial de s’occuper du Canal de Soulanges et d’en faire le développement. « C’est une offre touristique importante, mentionne Linda Strong Gallant. J’ai eu la chance de voir le canal se développer et de voir la population se l’approprier. C’est un endroit qui peut être utilisé autant l’été que l’hiver. »

Reconnu comme étant un joueur important de l’agriculture, la région du Haut-Saint-Laurent est familière pour l’aspirante députée. « J’ai moi-même des terres acéricoles, je connais très bien la réalité des agriculteurs. Lorsqu’ils ont fermé la porte d’entrée aux travailleurs immigrants et saisonniers il y a quelques années, les conservateurs ont tellement fait de tort à l’agriculture ainsi qu’a plusieurs autres industries. Nous avons besoin de travailleurs étrangers. L’an dernier, j’ai vu des légumes rester dans les champs en raison du manque de main-d’œuvre. Il faut faire quelque chose pour remédier à la situation. »

Depuis les dernières semaines, le Canada a retenu les manchettes lors de la découverte de centaines de tombes anonymes lors de fouilles sur des sites d’anciens pensionnats autochtones en Colombie-Britannique et en Saskatchewan. Mme Gallant assure qu’elle ne peut rester insensible à cette triste réalité.  « Ces peuples étaient ici avant nous. En fait, c’est nous les immigrants. Notre région est entourée par les peuples autochtones. Nous sommes près de Kahnawake, Kanesatake et Akwesasne. Nous avons du pain sur la planche dans plusieurs dossiers et celui-ci en fait partie. »

Steve Sauvé

Steve Sauvé

Journaliste

Un commentaire

Laisser un commentaire