Le boxeur Avery Martin-Duval a remporté une troisième victoire consécutive chez les professionnels en triomphant de Alexis Ahmed Ocampo par décision majoritaire des juges le jeudi 26 septembre au Casino de Montréal.

(Photo Eye of the Tiger Management Vincent Éthier)

Avery Martin-Duval l’avoue. Malgré sa victoire. Son rival l’a complètement sorti de sa zone de confort. Pour une raison que le jeune boxeur de 18 ans doit s’expliquer, son adversaire est parvenu à le faire sortir de son plan de match.

« Dès la 2e minute du combat, j’ai envoyé mon adversaire au plancher, explique le pugiliste de Saint-Clet. Cependant, lorsqu’il s’est relevé, je me suis mis à frapper de toutes mes forces à chaque coup que je donnais. J’ai donc dépensé énormément d’énergie puisque parfois, mon adversaire évitait les coups. »

Avery Martin-Duval confirme que ce n’était pas sa meilleure performance, lui dont le parcours chez les amateurs est impressionnant. « Je ne me donne pas la note de passage, assure-t-il. Mon adversaire ne m’a pratiquement pas touché pendant le combat. Mais, je n’ai pas respecté mon plan de match. »

Puisqu’une victoire demeure une victoire, Avery Martin-Duval doit désormais regarder devant. « J’aimerais remonter dans l’arène à trois autres reprises avant la fin de l’année. Mon prochain combat aura lieu le 25 octobre à Québec. Par la suite, je souhaite boxer en novembre et en décembre. »

Avery Martin-Duval indique que la boxe est son seul plan de carrière. D’ailleurs, il met tout en œuvre pour arriver à ses fins. « Je suis sur un contrat de 5 ans avec Eye of the Tiger Management, précise Avery. Je fais de la boxe à temps plein. Je suis loin d’être riche. J’ai 18 ans et j’habite chez mes parents afin de me concentrer à 100 % sur la boxe. Ce que j’aimerais vraiment, c’est de boxer encore au moins 20 ans. J’aimerais faire plus de 60 combats chez les professionnels. »

Le jeune prodigue souligne toutefois que son rêve de faire carrière dans les rangs professionnels ne serait pas possible sans l’équipe d’Eye of the Tiger Management, son entraîneur et ses proches.

Steve Sauvé

Steve Sauvé

Journaliste

Laisser un commentaire

INSCRIVEZ-VOUS
À NOTRE INFOLETTRE

MERCI POUR VOTRE
ABONNEMENT!