Samedi le 11 janvier dernier, une Perrotoise a été nommée Championne canadienne Élite 8 aux Championnats canadiens de Judo qui se déroulaient à Montréal.

Myriam Brazeau de la remise de sa médaille (Photothèque)

Exploit
Âgée de seulement 16 ans, Myriam Brazeau performe depuis maintenant plus de 4 ans. La jeune athlète, qui travaille d’arrache-pied, a finalement été récompensée en recevant le titre de Championne canadienne parmi les 8 meilleurs judokas de sa catégorie.

Ce titre permet à l’adolescente d’amasser des points pour accéder aux Championnats canadiens d’Edmonton, en Alberta, au mois de mai prochain. Myriam ne lâche pas cet objectif des yeux puisqu’elle a pour but de remporter cette compétition également.

« Myriam est super gênée, mais c’est une fille très sérieuse, explique Richard Proulx, son entraineur. C’est une fille super tranquille, mais lorsqu’elle embarque sur les tapis, c’est comme une explosion! Elle ne recule devant rien! »

Myriam Brazeau dans l’uniforme blanc (Photo Roger Lauzon)

Une vie chargée

Myriam évolue au programme de Sport-Études du Chêne-Bleu à Pincourt. Ce faisant, la jeune judoka peut continuer de bien réussir à l’école, tout en s’entrainant les après-midis au Centre Dojo Perrot Shima à Île-Perrot. Pour Myriam, une semaine est bien remplie, mais c’est la passion qui la mène.

« Tous les jours, de 8h à midi, je vais à l’école, puis de 13h à 16h, je m’entraine pour le Judo. Oui, c’est difficile, mais je suis capable de m’organiser. Au Sport-Études, je suis très encadrée », explique-t-elle.

La découverte d’une passion

Bien que Myriam pratique le Judo depuis maintenant 4 ans, il ne s’agissait pas d’un coup de cœur lors de son enfance. En réalité, sa sœur pratiquait le Judo depuis quelque temps, et c’est la mère de Myriam qui l’a poussée à pratiquer un sport. À force de voir sa sœur pratiquer, Myriam a choisi de faire de même et c’est comme ça que sa passion a grandi.

« Le Judo m’a apporté beaucoup de confiance en moi, mais surtout, ça m’a fait comprendre l’importance de la persévérance, affirme l’adolescente. Je me suis fait plus d’amies et je me sens aussi beaucoup plus forte. Je suis fière de moi! Ma mère m’encourage beaucoup et je veux pousser plus loin. Par contre, les coûts commencent à être élevés et c’est pourquoi je commence à chercher l’aide de partenaires pour m’aider à me surpasser. »

Carol-Ann Faubert

Carol-Ann Faubert

Journaliste

Laisser un commentaire

INSCRIVEZ-VOUS
À NOTRE INFOLETTRE