La Municipalité de Vaudreuil-sur-le-Lac se retrouve sans quorum municipale à la suite d’une autre démission d’un conseiller municipal. Les trois membres restants n’ont plus le pouvoir de prendre des décisions autres que celle en lien avec l’administration.

Le 27 juillet dernier, le conseiller Denis Morin a annoncé qu’il quittait son poste de façon définitive pour des raisons de santé. Cela a pour effet que le conseil municipal de Vaudreuil-sur-le-Lac à trois élus sur sept soit en deçà du quorum de quatre élus exigés pour la tenue des conseils municipaux.

Philip Lapalme, candidat au poste de maire à Vaudreuil-sur-le-Lac réclame la tenue d’élections municipales partielles pour la municipalité, et ce, dans les meilleurs délais.

« L’élection devait se tenir le 29 mars. Cependant, en raison de la pandémie, elle a été repoussée au 26 avril. Après au 26 juin et maintenant, nous devrions savoir le 7 août si une élection partielle pourra avoir lieu prochainement. Je demande au ministre des Affaires municipales et de l’Habitation, Andrée Laforest, de permettre la tenue d’élection partielle. Il faut qu’un nouveau conseil municipal soit élu à Vaudreuil-sur-le-Lac. Là, ce sera les membres délégués par la Commission municipale qui s’assurent de la bonne administration de la municipalité, ce rôle revient aux élus mis en place par la population. D’où l’importance de tenir les élections partielles rapidement. »

M. Lapalme souligne le fait qu’il a contacté la députée de Vaudreuil, Marie-Claude Nichols, et que cette dernière convient qu’il s’agit d’une situation exceptionnelle et qu’il est impensable qu’une municipalité puisse fonctionner avec une administration provisoire jusqu’aux élections générales de novembre 2021.

« L’élection partielle que nous attendons attire beaucoup d’intérêts, indique M. Lapalme. Il y a 4 candidats pour le poste de maire, et 7 candidats pour les postes de conseiller. Les citoyens s’impliquent et posent beaucoup de questions. Avec toutes les démissions, c’est normal de se poser des questions. »

Philip Lapalme a démissionné de son poste de conseiller pour tenter sa chance à la mairie. De par son expérience, il affirme que le climat de travail n’était pas facile. « C’était particulier comme climat et pas nécessairement à cause des gens qui ont quitté », dit-il

Steve Sauvé

Steve Sauvé

Journaliste

Laisser un commentaire