Le 29 juillet dernier, Monsieur Daniel Graham résident de Saint-Polycarpe, s’est inquiété de voir le monument commémoratif Cholet être retiré de son emplacement et être déposé sur un terrain voisin.

Le monument Cholet a été retiré de son emplacement d’origine et se trouvait au moment d’écrire ces lignes, derrière le Garage Municipal de Saint-Polycarpe.

Pour l’homme de 79 ans, le monument est le témoin essentiel d’une tragédie faisant partie intégrale de l’histoire de la Municipalité. « Cette histoire-là, les maitresses d’école nous la racontaient lorsque nous étions petits. Ce monument a toujours été là. Il est en l’honneur des 3 petits gars qui se sont fait enlever ici même à Saint-Polycarpe ».

 

Les informations disponibles n’ont pas permis de dater avec certitude l’année où a été érigé le monument, mais selon Monsieur Graham, d’aussi loin qu’il se souvienne, il a fait partie du paysage.

 

Le 30 juillet, des employés municipaux ont récupéré le monument qui est présentement entreposé derrière le Garage Municipal. Questionnée à savoir ce qu’il adviendrait du monument, la Municipalité a mentionné ne pas vouloir commenter jugeant que ce dernier appartenait à la famille Cholet et que par conséquent, il leur appartenait de répondre à la question. Il a donc été impossible de comprendre dans quelles circonstances, le monument s’est retrouvé hors de son emplacement, récupéré par la Ville et entreposé dans ses lieux.

 

André Graham, souligne qu’il est important qu’il ne soit pas détruit et qu’il retrouve rapidement une place au cœur de la Municipalité.

 

L’enfant perdu et retrouvé

Dans cette histoire, il est difficile de tracer la ligne entre les faits et la légende. Certains croient qu’il pourrait s’agir d’une imposture historique tandis que d’autres sont persuadés que les faits relatés en 1892 par Pierre Cholet lui-même sont véridiques.

 

Succinctement, en 1845, Pierre Cholet âgé de 5 ans, jouait dans le bois à proximité de son domicile à Saint-Polycarpe, en compagnie de son jeune frère Toussaint âgé de 3 ans et de leur cousin Pierre Doucet alors âgé de 6 ans, lorsqu’ils furent enlevés par un colporteur qui les a ensuite vendus à un capitaine de navire. Pierre Doucet décédera rapidement en mer tandis que les 2 frères vivront plusieurs années en captivité servant les intérêts du capitaine et du fils de ce dernier. Les garçons grandissent dans des conditions difficiles, travaillant avec acharnement tout en gardant espoir qu’ils finiront par s’échapper et retrouver leur famille.

 

Un jour, leur bateau accoste à Terre-Neuve, fatigués d’être traités comme des esclaves, ils désertent. Pour échapper à leurs maîtres, ils doivent se cacher en pleine forêt, quelque part au Labrador. Toussaint meurt, ne laissant que Pierre Cholet comme seul survivant de l’enlèvement. Déterminé à retrouver ses parents, il entreprend une longue marche à travers la province. Sa quête perdurera pendant une douzaine d’années où la charité des gens lui permet de survivre. Son périple pour retrouver ses parents s’avère ardu puisqu’il est convaincu que son patronyme est Marin tel que le capitaine du navire les a renommés. Pierre Cholet recherchera en vain sa famille Marin.

 

En 1880, une jeune femme connaissant l’histoire des 3 jeunes garçons disparus, lui signifie qu’il se nomme Pierre Cholet et non Pierre Marin. Cette précieuse information le conduira enfin vers ses parents, 35 ans après avoir été enlevé.

Mélanie Calvé

Mélanie Calvé

Journaliste

Laisser un commentaire