Ce qui devait être un projet artistique, une mosaïque à partir de matériaux récupérés, devient un poulailler.

Visionnez la vidéo ci-dessus

Une artiste de la région, Monica Brinkman, devant collaborer avec une enseignante de la Cité-des-jeunes pour un projet artistique, transforme son art pour enseigner l’art du développement durable. Ainsi, Monica Brinkman, Nancy Lépine, Josiane Plourde et Dino Stea lancent un projet hors du commun.

Ce rêve artistique qui s’est construit peu à peu a commencé par une simple invitation lancée aux élèves afin qu’ils récupèrent à la maison de la vieille vaisselle, ainsi que différents matériaux. De cette façon, les élèves ont appris l’art de la récupération et du développement durable dans leur formation artistique en construisant un poulailler.

Nombreux élèves, enseignants et parents ont collaboré, de près et de loin, à sa construction. Les résultats sont durables et tout aussi esthétiquement réussis. De plus, après des mois d’attente, les premiers œufs sont pondus.

« Ce projet est une superbe façon de sensibiliser les jeunes. De se poser des questions. Les mosaïques réalisées démontrent que nous n’avons pas besoin de tout jeter. Nous pouvons récupérer et faire des choses superbes » dit Josiane Plourde, enseignante de la Cité-des-jeunes.

Cette année, ce projet commencé en 2017, chapeauté par les enseignants Nancy Lépine, Josiane Plourde et Dino Stea, a reçu le prix Développement durable qui s’accompagne d’une bourse de 4000 $.

Les prix de reconnaissance Essor soulignent l’envergure et la qualité des approches pédagogiques et culturelles, la démarche artistique ainsi que l’aspect novateur de projets réalisés dans les écoles québécoises.

Nicola Di Narzo

Nicola Di Narzo

Journaliste

Laisser un commentaire