Marie-Claude Nichols préoccupée pour le Centre d'études collégiales de Vaudreuil-Dorion | VIVA MÉDIA Skip to main content

Voyant dans le dossier du collège Dawson, quelques similitudes avec celui du Centre d’études collégiales de Vaudreuil-Dorion, la députée de Vaudreuil, Marie-Claude Nichols, se dit grandement déçue par la décision de la ministre de l’Éducation supérieure, Danielle McCann.

Pour Marie-Claude Nichols, la situation n’est pas sans rappeler le refus du gouvernement de François Legault d’aller de l’avant avec le projet initialement proposé pour le Centre d’études collégiales de Vaudreuil-Dorion. (Photothèque)

Rappelons que la CAQ a récemment laissé savoir que Québec n’ira pas de l’avant avec les travaux d’agrandissement du collège Dawson malgré le fait que la loi 66 devait accélérer sa réalisation. La raison évoquée pour expliquer ce revirement de situation ? Donner la priorité aux projets d’infrastructures des établissements francophones de Montréal.

« Cette annonce a eu un effet de choc. Encore une fois, la CAQ ferme la porte à un projet d’une grande importance, tout cela, pour une question linguistique. Quoi qu’en dise la ministre, ce sont tous les étudiants de notre région, qu’ils soient anglophones, allophones ou d’expression française, qui en paient le prix », déplore Marie-Claude Nichols

Pour Marie-Claude Nichols, la situation n’est pas sans rappeler le refus du gouvernement de François Legault d’aller de l’avant avec le projet initialement proposé pour le Centre d’études collégiales de Vaudreuil-Dorion. « Avec les collèges de Valleyfield et John- Abbott et le cégep Gérald-Godin, nous avions un concept novateur, mais surtout, extrêmement nécessaire pour notre région. Malheureusement, la CAQ a préféré mettre la hache dans le dossier, après plus de trois ans de collaboration, en raison de l’implication du Collège John-Abbott », ajoute Mme Nichols.

Selon la députée de Vaudreuil, il est évident qu’une telle attitude ne fait que diviser. « François Legault cherche clairement à créer des classes distinctes dans la population en mettant d’un côté les communautés anglophones et allophones et de l’autre, les francophones. C’est vraiment dommage et ce n’est surtout pas le Québec que nous voulons. Qu’un francophone décide d’étudier en anglais ne le rend pas moins Québécois que celui qui poursuit ses études en français », poursuit la politicienne.

Une pétition est déposée

 Le mercredi 23 février, la députée libérale de Westmount-Saint-Louis, Jennifer Maccarone, a déposé, au nom de l’Association des étudiants de Dawson, une pétition demandant au gouvernement d’aller de l’avant avec le projet d’agrandissement de l’établissement. L’Association réclame également que tous les cégeps de la province soient traités équitablement.

La pétition est disponible sur le site Internent de l’Assemblée nationale.

 

Steve Sauvé

Journaliste

Laisser un commentaire

Publicité
PUBLICITÉ

INSCRIVEZ-VOUS
À NOTRE INFOLETTRE

MERCI POUR VOTRE
ABONNEMENT!