Depuis plus d’un mois, les citoyens de Rigaud se mobilisent et demandent des explications à la ville sur la construction d’une résidence unifamiliale située au deuxième sommet du mont Rigaud.

Crédit photo : Mathis Denis

Ce n’est pas tant la construction qui dérange, mais bien l’histoire derrière tout cela. Pour bien comprendre la situation, il faut remonter un peu dans le temps.

En 2016, la MRC de Vaudreuil-Soulanges, à la demande de la Ville de Rigaud, a adopté le Règlement de Contrôle intérimaire 229 (RCI). Ce nouveau projet de règlement vient alors préciser le secteur ciblé sur le mont Rigaud ainsi que les règles qui s’appliqueront dorénavant pour les nouvelles constructions. Précisons que cela s’applique également pour les futurs aménagements sur la montagne. En effet, avec ce nouveau règlement, il ne sera pas possible de construire une maison si le potentiel écologique est élevé ou très élevé.

La Ville de Rigaud s’est basée sur des études écologiques pour créer les zones où il ne sera pas possible de construire. Or en 2017 une étude menée par une firme privée vient changer les zones écologiques. Des parties de lots qui avaient une grande valeur écologique sont réévaluées à des niveaux plus bas.

Tout cela nous amène en mai 2020 quand une demande de modification du RCI de la part du maire Hans Gruenwald Jr est faite à la MRC de Vaudreuil-Soulanges. Un certain nombre de lots se voient accorder une exemption de l’interdiction de construire en zone à valeur écologique élevée ou très élevée.

 

Revendications

Deux grandes revendications émergent du brouhaha sur les réseaux sociaux : la préservation de la forêt et le manque de communication de l’administration municipale.

 

Préservation de la forêt

Les citoyens rencontrés disent tous, avoir un certain malaise avec la nouvelle construction sur la montagne. Ayant vu les efforts de la ville et de la MRC pour protéger le mont Rigaud en 2016, les citoyens affirment qu’ils ne comprennent pas l’entêtement des deux parties à faire des modifications à leur règlement. Également, l’administration municipale met aussi de l’avant la construction résidentielle dans ce secteur, ce qui devrait être le contraire selon eux.

« Ils sont en train de détruire le cœur de la montagne, s’exclame Michel Lauzon un ancien résident de Rigaud. Il y avait un sentier pédestre qui traversait le deuxième sommet, mais maintenant, le nouveau propriétaire demande aux gens de rebrousser chemin. »

Les résidents ont questionné la ville sur la construction du deuxième sommet. Selon un communiqué émis par la Ville de Rigaud du 27 octobre 2020, lorsqu’une demande de construction résidentielle est conforme, légale et qu’elle se situe sur une portion de terrain à faible valeur écologique, nous devons délivrer un permis.

Les citoyens affirment qu’ils ne comprennent pas comment, d’une voix on promeut la protection et de l’environnement et que de l’autre elle autorise des projets résidentiels qui détruise beaucoup plus que les zones à faible valeur écologique.

En effet, les citoyens ont vite remarqué que les machines de construction avaient défriché un plus grand secteur que prévu. Une partie de la forêt détruite est évaluée à très grande valeur écologique, ce qui fâche les contestataires.

 

Communication

De plus, selon les citoyens, le manque de communication active de la part de la ville est un grave problème. Les payeurs de taxes ont demandé à plusieurs reprises la version complète de l’étude écologique de 2017. Celle-ci est au cœur des revendications, car elle vient changer les zones à valeurs écologiques. Beaucoup de fausses informations se sont propagées sur les réseaux sociaux par rapport aux auteurs de cettedite étude. Les citoyens demandent de la voir, car pour le moment, ils doivent faire confiance aveuglément à la ville.

« Nous avons des soupçons sur cette étude, affirme un citoyen qui désire garder l’anonymat. À elle seule, elle a permis de modifier le RCI plus de deux fois. Cette étude doit être majeure pour renverser les constats de 2016. Malheureusement la ville de nous ne donne pas copie de celle-ci pour vérifier les tenants et aboutissants. On ne se sent pas écouter. »

 

Réponse de la ville

Concernant la préservation de la forêt, la Ville de Rigaud précise qu’elle ne déroge pas de son plan de 2016. Elle croit que ce projet vient protéger une grande partie des terres encore vierges du mont Rigaud et restreint de beaucoup la construction résidentielle.

« Quand il y a des zones à valeur écologique élevée ou très élevée, personne ne peut construire, affirme Simon Saint-Michel directeur du service des communications à la Ville de Rigaud. Ce projet vient réaffirmer notre désir d’avoir une ville qui respecte l’environnement. »

Questionnée sur l’étude de 2017, la ville n’a pas voulu trop s’avancer. Elle ne sera pas publiée pour le moment dans son entièreté pour garder la confidentialité des données et des gens qui l’on mener. L’administration a tenu à faire taire toutes les rumeurs en affirmant que l’évaluation de 2017 n’a pas été demandée par l’actuel propriétaire de la maison unifamiliale ni par une de ses compagnies.

 

VIVA MÉDIA continuera de suivre ce dossier pour vous.

Laisser un commentaire