Un écocentre sous-régional à Sainte-Barbe l’automne prochain | VIVA MÉDIA Skip to main content

Sainte-Barbe – Un écocentre sous-régional verra le jour à Sainte-Barbe l’automne prochain et ce, sur le terrain situé au 433 de la route 132.

La mairesse de Sainte-Barbe, Louise Lebrun, entourée des acteurs du projet d’écocentre sous-régional.

 (Photothèque)

La nouvelle a été annoncée par la mairesse de la municipalité, Louise Lebrun, entourée des conseillers municipaux, de la directrice générale ainsi que du directeur du Service des travaux publics et de l’urbanisme.

« C’est en réponse à des demandes exprimées par les citoyens et afin de réduire la quantité de matières que nous recevons systématiquement à l’enfouissement que nous aménageons, ici-même, l’écocentre sous-régional de Sainte-Barbe », a indiqué la mairesse barverivaine, Louise Lebrun.

« On l’appelle sous-régional parce qu’étant situé dans le sens des déplacements, l’endroit est tout indiqué pour servir l’ensemble des citoyens qui demeurent dans un rayon de plus ou moins 15 km. Bien plus qu’un écocentre, ce sera un réel complexe environnemental où les objets seront revalorisés plutôt que jetés et où l’on viendra disposer des articles qui encombrent nos maisons. Ce sera un pilier dans l’organisation d’une économie circulaire régionale », devait spécifier Mme Lebrun.

Démarche planifiée

Avant de procéder à cette annonce officielle, un comité de travail formé de citoyens, d’élus et d’employés municipaux a été créé en 2019 afin d’étudier la faisabilité du projet. Pour mener leur réflexion, ils ont été accompagnés par la coordonnatrice à la gestion des matières résiduelles de la MRC du Haut-Saint-Laurent, entité qui a d’ailleurs fourni son appui au projet d’écocentre sous-régional lors d’un conseil régional plus tôt cette année.

Par ailleurs, afin d’aménager le nouvel écocentre régional dans le respect des meilleures pratiques quant à la gestion du site, du tri des matières et à la modernité des installations, la Municipalité de Sainte-Barbe est accompagnée par Stratzer, un cabinet d’expertise environnemental spécialisé en gestion des matières résiduelles.

En plus de l’écocentre, on retrouvera au même endroit un entrepôt pour toutes les matières pouvant être réemployées, par exemple des encombrants, un plateau de travail pour réparer tout article ayant un potentiel de revente et un magasin d’articles de seconde main.

« À terme, on souhaite que les organismes communautaires du milieu participent au cycle de la revalorisation des objets, tout en accomplissant leur mission dans la communauté. Quant à l’écocentre lui-même, les études tentent à démontrer que ce sont quelque 12 tonnes de résidus domestiques dangereux (RDD) et produits des technologies de l’information et de la communication (TIC) de même que 925 tonnes de matières résiduelles qui pourraient être transigées annuellement », de préciser la mairesse de Sainte-Barbe.

RECYC-QUÉBEC emboîte le pas

En juillet dernier, la Municipalité de Sainte-Barbe a reçu une subvention de RECYC-QUÉBEC au montant de 100 000 $ dans le cadre du Programme d’aide financière visant l’optimisation du réseau d’écocentres québécois. Cette somme servira à implanter le nouvel écocentre en mettant en pratique les meilleures méthodes de tri à la source, de réemploi des matières, de recyclage et de valorisation des résidus de bois.

La Municipalité de Sainte-Barbe se penche actuellement sur d’autres sources de financement offertes par le biais de subventions, notamment auprès du ministère des Affaires municipales et de l’Habitation (MAMH) afin de bonifier les montants nécessaires à la concrétisation de cet important projet.

 « En ayant une vision régionale sous le signe de la collaboration, nous unissons nos forces avec les municipalités voisines pour agir comme levier auprès des instances gouvernementales afin d’offrir de meilleurs services à nos résidents. En participant collectivement à la réduction de l’enfouissement, nous sommes tous gagnants. Je profite de cette tribune pour remercier tous les acteurs du projet », a conclu la mairesse Louise Lebrun.

Denis Bourbonnais

Journaliste

Laisser un commentaire

INSCRIVEZ-VOUS
À NOTRE INFOLETTRE

MERCI POUR VOTRE
ABONNEMENT!