Quand le travail est une passion | VIVA MÉDIA Skip to main content

Le don de soi, un ange tombé du ciel, un être humain d’exception, les qualificatifs sont nombreux et tous plus élogieux les uns que les autres lorsque les membres de l’équipe de la Résidence Marquis décrivent Monique Poirier.

Mme Poirier soufflera ses 70 bougies le 31 juillet prochain. Bien que la plupart des gens de son âge profitent de la retraire, cela n’est visiblement pas une option pour celle qui occupe un poste de préposée aux bénéficiaires. D’ailleurs, Monique Poirier insiste encore pour travailler à temps plein, et ce, même si elle occupe un poste de nuit.

Photothèque

« Si elle n’a pas suffisamment d’heures à son goût, elle ne se gène pas pour le dire, explique Isabelle Leroux, préposée aux bénéficiaires cheffe d’équipe à la Résidence Marquis. Si en consultant son horaire elle constate qu’elle ne fait pas 40 heures par semaine, elle le fait savoir. Elle s’offre même pour faire du temps supplémentaire. Malgré son âge, c’est réellement une employée modèle. Elle prend soin des résidents de façon incroyable. Ici, ce sont des gens autonomes et semi-autonomes et je peux dire sans me tromper que Monique fait une grande différence dans leur vie. »

Toujours prête

Il n’y a vraiment pas de doute, Mme Poirier aime travailler. Même lorsqu’elle est en vacances, elle insiste pour aviser qu’elle est disponible si besoin il y a.

« Monique a toujours une petite attention pour tout le monde, dit Isabelle Leroux. Pendant la pandémie, elle prenait ses précautions, mais elle a insisté pour travailler. Pendant ses vacances, elle appelle à la résidence pour s’assurer que tout va bien. Il n’y a pas un matin qu’elle ne dit pas que nous pouvons l’appeler si jamais il y a quoi que ce soit. Parfois, elle nous fait même une liste des choses qu’elle peut faire pour faciliter la tâche aux filles de jour. »

En 6 ans comme préposée aux bénéficiaires à la Résidence Marquis, Mme Poirier n’a manqué aucun quart de travail. Selon Mme Leroux, Monique Poirier est dans une catégorie à part. « C’est une bonne préposée, mais avant tout, c’est une merveilleuse personne. Elle se passionne pour son travail et elle refuse de prendre les compliments. Lorsqu’elle verra l’article dans le journal, elle sera surprise, car elle est humble et authentique. Elle ne comprendra pas que nous voulons lui rendre hommage et la remercier publiquement d’être qui elle est. »

Employeur élogieux

Kathy Landry, copropriétaire avec son conjoint de la Résidence Marquis, insiste pour décrire Monique Poirier comme une dame d’exception. « Sincèrement, je n’ai jamais rencontré une femme comme Monique auparavant, précise Mme Landry. Son travail c’est sa vie. C’est notre boule d’énergie, notre rayon de soleil. Monique est définitivement un plus pour notre équipe. Sa présence apporte un calme incroyable autant aux résidents qu’aux membres de notre équipe. »

« Des gens comme Monique, il n’y en a pas beaucoup dans le monde. Nous sommes vraiment chanceux de l’avoir avec nous », Kathy Landry, copropriétaire de la Résidence Marquis à Coteau-du-Lac.

Pénurie de main-d’œuvre

Depuis quelques années, dans plusieurs secteurs, il est question de pénurie de main-d’œuvre. Le domaine de la santé ne fait pas exception à cette problématique. Occuper la fonction de préposé aux bénéficiaires est un travail exigeant et trop souvent relayé au bas de l’échelle. Or, les gens qui occupent une telle fonction sont souvent les plus près des bénéficiaires et certainement les plus sollicités. Pour sa part, Monique Poirier s’explique difficilement la pénurie de main-d’œuvre dans le domaine des préposés aux bénéficiaires.

« Pour Monique, c’est le plus beau métier au monde. Elle ne comprend pas que les gens ne veulent pas tous travailler dans ce domaine puisqu’il est question de prendre soin des gens », conclut Isabelle Leroux.

Steve Sauvé

Journaliste

Laisser un commentaire

INSCRIVEZ-VOUS
À NOTRE INFOLETTRE

MERCI POUR VOTRE
ABONNEMENT!