Une Séparation est déjà une adaptation constante, alors en période de crise sanitaire les parents séparés ne sont pas épargnés et doivent concilier leur vie familiale avec des éléments hors de leur contrôle. Du jamais vu! De surcroit, les professionnels du droit familial doivent s’ajuster eux également avec leur propre vie personnelle et se mettre à jours et être créatifs pour continuer à aider les parents, alors voici un guide pratique du CENTRE DE MÉDIATION ET D’EXPERTISE FAMILIALE DE VAUDREUIL-SOULANGES (regroupant Me Dominique Lacelle notaire, Me Marie-Noëlle Vincent avocate et Karine Joly, travailleuse sociale, toutes trois (3) médiatrices familiales) et qui relève du jugement de Dominique Lacelle notaire et Marie-Noëlle Vincent avocate, toutes deux (2) mamans de jeunes enfants.

Concernant la garde des enfants et peu importe la façon habituelle de faire, les parents doivent faire preuve de jugement (le gros bons sens!) et être créatifs, transparents en considérant comme toujours, l’intérêt des enfants, mais cette fois, en considérant les directives du gouvernement. Et garder en tête le plus primordial, ne pas utiliser la crise sanitaire pour prendre les enfants en otage et se venger de l’autre! Nos Conseils pratiques pour que tout aille mieux :

Centre de médiation et d’expertise familiale

Me Marie-Noëlle Vincent
Avocate, Conseillère juridique et Médiatrice Familiale
Karine Joly
Travailleuse sociale, Coach et Médiatrice Familiale
Dominique Lacelle
Notaire et Médiatrice Familiale
Colaboratrices spéciales

1. Maintenir la garde partagée et les droits d’accès déjà en place si possible;

Soyez créatif et respectueux, montrez à vos enfants vos capacités d’adaptation. La situation peut déjà être anxiogène pour les enfants, raison de plus de leur éviter les conflits d’être les témoins de vos conflits parentaux. Les enfants doivent sentir que leurs deux parents sont en contrôle et ont un plan de Match;
Afin d’éviter les déplacements, pourquoi pas ne pas passer au 7/7 plutôt que de continuer les 2-5-5-2 ou au contraire, si l’un des parents à un emploi «essentiel», pourquoi ne pas préconiser que la garde exclusive à l’autre parent plus disponible et moins à risques pour les enfants, ou si l’autre parent doit être en quarantaine;
Dans tous les cas, respectez les consignes de santé publique. Ces dernières changent selon l’évolution de la situation, soyez informés et respectez-les. Aussi à défaut d’entente à l’amiable et de flexibilité respectez les jugements. Les jugements en vigueur demeurent. Si les jugements ne concordent pas avec les directives de santé publique et que les parents sont incapables de s’ajuster une consultation avec un avocat en droit de la famille devient essentielle;

2. Revoir le plan parental pour cette période, communiquez avec l’autre parent et prévoyez un plan de Match!

Les parents se sont déjà souvent entendus ensemble sur des lignes directrices, cependant en cet épisode, il serait opportun de repenser leur plan parental afin de d’éviter des conflits. Par exemple, certain sujets méritent d’être abordés : nouveaux conjoints ont-ils accès à la maison, qui aura priorité de gardiennage si le parent ne peut s’en occuper, et aussi, prévoir du temps de conversation via moyen téléphonique ou visuel avec l’autre parents, les amis, la famille de l’autre, peu importe où les parents sont;
Soyez transparents : Le manque de transparence amène inévitablement un bris de confiance. Dons, Soyez transparents c’est primordial pour vous et pour l’autre parent et pour la sécurité de vos enfants.Soyez indulgents : Outre les situations graves qui mettraient en péril la santé et la sécurité de vos enfants, soyez indulgents envers les frustrations quotidiennes liées à la co-parentalité. Les frustrations du quotidien doivent être soupesées. Il faut relativiser. La routine sera surement différente chez l’autre parent, des frustrations pourront possiblement émerger, On respire!

3. Aspects financiers

Nous sommes en temps de crise. Revoir la pension alimentaire, ou un montant en s’adaptant à la réalité du moment (temps avec les enfants, perte d’emploi de l’un, etc);
Afin de mettre en pratique les conseils, ou en cas de désaccord ou de nécessité de mise au point, n’hésitez à préconiser la médiation familiale, gratuite car subventionnée par le gouvernement, avec un médiateur familial. Surtout que le Tribunal entendra seulement les demandes urgentes! Les études de notaires et d’avocats n’ont pas échappé à la directive de distanciation sociale mais ils peuvent par vidéoconférence ou téléphone vous accompagner.

Source : Résumé des directives de L’American Academy of Martrimonial Lawyers.

* Le présent document se veut un outil de consultation et de réflexion et n’a pas de valeur légale et ne remplacent pas une opinion juridique.

VIVA média

VIVA média

Entreprise de presse et de communication

Laisser un commentaire