Coupable de voie de fait ayant causé des lésions sur une victime âgée de 17 jours, David-Brett Normandeau a été condamné à 10 mois de détention par le juge Joey Dubois le mardi 13 octobre au palais de justice de Valleyfield.

David-Brett Normandeau a été condamné à 10 mois de détention. (Photothèque)

C’est sous le regard de ses proches que David-Brett Normandeau a pris le chemin du quartier cellulaire du palais de justice. Cependant, sa détention pourrait être de courte durée puisque son avocat, Me Francis Cloutier, confirme qu’une requête a déjà été déposée à la Cour d’appel sur le verdict de culpabilité et qu’une requête sera également faite pour obtenir une libération pour son client le temps que la Cour d’appel statue sur le verdict.

Deux propositions différentes

Parfois, les juristes parviennent à présenter une suggestion commune au juge. Dans ce dossier, la procureure du Directeur des poursuites criminelles et pénales, Me Mylène Brown, et pour l’accusé, Me Francis Cloutier étaient très loin d’avoir la même vision pour la peine.

Lors des représentations sur la peine, qui se sont déroulées le 12 août dernier, la poursuite exposait qu’une peine de détention de 15 à 18 mois assortie de plusieurs conditions lors de sa libération était de mise. Me Brown justifiait ses dires en parlant du jeune âge de la victime, de l’absence de remords de M. Normandeau et de l’état général du bébé lors de son arrivée à l’hôpital.

Pour sa part Me Cloutier mentionnait que son client avait des remords chaque jour. Qu’il pensait à l’enfant quotidiennement. Que M. Normandeau était un actif pour la société et que depuis 8 ans, qu’il respectait ses conditions de remise en liberté. Me Cloutier proposait une peine d’emprisonnement de 90 jours à purger de façon discontinuée et à une période de probation avec des suivis ainsi que l’exécuter 240 heures de travail compensatoire.

Le juge Joey Dubois a plutôt condamné David-Brett Normandeau à une peine de 10 mois de détention et à une période de probation d’une année avec suivis.

Steve Sauvé

Steve Sauvé

Journaliste

Laisser un commentaire