Le personnel traitant du Centre mère-enfant et le comité Sauvons le Centre mère-enfant à Valleyfield demandent au gouvernement la mise en tutelle du Centre intégré de Santé et de Services sociaux de la Montérégie Ouest (CISSSMO)

Il n’y a plus de doute, les jours du Centre mère-enfant de l’Hôpital du Suroît semblent comptés. La fermeture de l’étage consacré aux naissances pourrait survenir dans les prochaines semaines. Depuis quelque temps, le CISSSMO détournerait les accouchements vers d’autres hôpitaux, dont celui de Châteauguay. Pour justifier la décision de transférer les accouchements, la direction du CISSSMO parlerait de pénurie de main-d’œuvre.  Mais, les employés rencontrés dans le cadre d’un point de presse le mardi 6 avril rejettent cette théorie. Plusieurs infirmières ont postulé sur des postes vacants en salle d’accouchement et le CISSSMO a refusé de pourvoir les postes.

« Le syndicat des infirmières indique que le personnel est tellement à bout, que chaque jour, des gens démissionnent, mentionne Edith Gariepy, porte-parole pour le regroupement Sauvons le Centre mère-enfant à Valleyfield. La pénurie du personnel est donc le résultat d’une gestion inapte du CISSSMO qui refuse de pourvoir les postes nécessaires et pousse à la démission son personnel surchargé. »

Mme Gariépy admit que si la fermeture de l’unité des naissances se confirme, que cela pourrait être la première d’une série de fermetures. « Depuis des années, le CISSSMO nous vend que le nouvel hôpital de Vaudreuil sera la solution miracle à la pénurie de main-d’œuvre qui l’accable. Le béton et les nouvelles technologies attireront de nouveaux employés, mais la gestion des ressources humaines sera-t-elle changée d’ici là pour que ces nouveaux employés restent en place, et ce, à la grandeur du CISSSMO et non seulement au nouvel hôpital miraculeux? »

Le comité avoue que la situation est alarmante. C’est pourquoi, des demandes ont été acheminées au gouvernement afin que le ministre de la Santé intervienne rapidement afin de prendre les mesures nécessaires pour empêcher la fermeture prévisible des accouchements à Salaberry-de-Valleyfield, de protéger les infirmières et les autres employés qui osent demander des améliorations et de maintenir en opération les 10 services, dont le Centre mère-enfants de l’Hôpital du Suroît que le CISSSMO compte fermer définitivement en 2026.

 

 

Steve Sauvé

Steve Sauvé

Journaliste

Laisser un commentaire