Bien connu dans la région de Salaberry-de-Valleyfield pour avoir tenu pendant des années un salon de tatouage, Antoni Daoust fait face à de graves accusations.

Le Service des enquêtes de la MRC Beauharnois-Salaberry a procédé, le 6 janvier dernier, à l’arrestation d’Antoni Daoust, 46 ans, de Salaberry-de-Valleyfield.

Antoni Daoust a comparu au palais de justice de Salaberry-de-Valleyfield, pour faire face à une accusation de harcèlement. Il a par la suite été accusé de leurre, d’incitation à des contacts sexuels, de voyeurisme et de défaut de se conformer à une ordonnance de probation. L’enquête tend à démontrer qu’il pourrait avoir fait d’autres victimes.

Puisque plusieurs victimes ont été identifiées, la structure de gestion des enquêtes sur les crimes en série (GECS), coordonnée par la Sûreté du Québec, a été déployée. Il s’agit d’une structure de commandement unifié au sein de laquelle les services de police québécois travaillent en partenariat afin d’identifier rapidement les crimes commis par des prédateurs et de procéder à leur arrestation. Cette coordination provinciale permet donc une mise en commun des ressources policières et vise à mieux protéger les victimes.

Celui qui a confié sa défense à Me Alexandre Dubé sera ramené à la Cour le 2 mars pour son enquête caution.

La Sûreté du Québec rappelle qu’en tout temps, le public peut également transmettre des informations de façon confidentielle à la Centrale de l’information criminelle de la Sûreté du Québec au 1 800 659-4264.

Steve Sauvé

Steve Sauvé

Journaliste

Laisser un commentaire