Un petit pas à la fois pour l’autoroute 20

Daniel Donais, ministère des Transports, Guy Pilon, maire de Vaudreuil-Dorion, Danie Deschênes, mairesse de Notre-Dame-de-l’île-Perrot, Marie-Claude Nichols, députée de Vaudreuil, Pierre Seguin, maire de L’Île-Perrot, Lucie Charlebois, députée de Soulanges, Yvan Cardinal, maire de Pincourt, Marie-Andrée Prévost et Joanne Brunet directrice générale de Développement Vaudreuil-Soulanges. Photo Stéphane Fortier

Plusieurs personnes attendaient une grande annonce concernant le corridor Vaudreuil-Dorion et L’Île-Perrot de l’autouroute 20, mais c’est plutôt la création d’une Table d’échange à laquelle ils ont eu droit.

La création de la Table d’échange sur la mobilité dans le corridor de l’autoroute 20 entre les villes de L’Île-Perrot et de Vaudreuil-Dorion regroupera plusieurs partenaires et permettra d’assurer un meilleur arrimage entre la planification de l’aménagement du territoire et les besoins en matière de mobilité durable.

Pour les députées Marie-Claude Nichols (Vaudreuil) et Lucie Charlebois (Soulanges), il va pourtant de soi qu’il faut d’abord et avant tout définir une vision de la mobilité, en dresser un portrait dans le corridor de l’autoroute 20 et préciser les besoins de mobilité en regard de l’évolution de l’aménagement du territoire et des plus récents outils de planification. Par la suite il sera temps d’apporter des pistes de solutions pouvant être mises en place avant les travaux de parachèvement de l’autoroute 20. Une consultation par le biais d’une table s’impose donc. Cette Table vise ultimement à dresser le portrait de la mobilité du tronçon d’environ 7 kilomètres situé entre le pont Galipeault, à l’est de L’Île-Perrot, et la route 342 (route Harwood) à Vaudreuil-Dorion.

Impatience ou réticence

Au moment de l’annonce de la formation de cette Table, les deux députées étaient accompagnées des élus de la région qui participeront à la Table, et certains, comme le maire de Vaudreuil-Dorion, Guy Pilon, qui s’est interrogé sur l’échéance de cet échange et de l’aboutissement du projet, n’ont pas caché une certaine impatience.  Danie Deschênes, mairesse de Notre-Dame-de-L’Ile-Perrot, a dit souhaiter que l’on ne reparte pas à zéro dans ce dossier. « Est-ce que l’on va repartir avec une feuille blanche et repartir de zéro. Pourquoi ne pas utiliser les études qui ont été déjà faites dans le passé », a-t-elle demandé. « Les règles et les visions ont beaucoup changé depuis 20 ou même 30 ans. Ce qui a été fait auparavant répondait à des besoins à ce moment », a justifié Marie-Claude Nichols. De son côté, le maire de Pincourt s’est dit heureux que le dossier de l’autoroute 20 soit réactivé tandis que le maire de L’Ïle-Perrot, Pierre Séguin, était bien content que l’on se préoccupe enfin de ce dossier qui traîne depuis des années.

« Je sais que ce dossier vous préoccupe et soyez assurés qu’il me préoccupe autant. Mais il faut y aller un petit pas à la fois », maintient Marie-Claude Nichols, laquelle est consciente qu’avec le boom démographique que connaît la région, il faut faire progresser le dossier en travaillant de concert avec les élus, même si elle ressent, comme elle dit, un peu de réticence de la part de certains, face à cette Table d’échange.

Un travail de partenariat

Incidemment, le Ministère des Transports travaillera de concert avec plusieurs partenaires du secteur tels que la municipalité régionale de comté (MRC) de Vaudreuil-Soulanges et avec les villes de Vaudreuil-Dorion, de Terrasse-Vaudreuil, de Pincourt, de L’Île-Perrot et de Notre-Dame-de-L’Île-Perrot. L’Autorité régionale de transport métropolitain (ARTM) et le Réseau de transport métropolitain (RTM) prendront également part aux échanges, ainsi que le personnel des bureaux de circonscription de la députée de Vaudreuil et de la députée de Soulanges et ministre responsable de la région de la Montérégie. À cela s’ajoutera la Chambre de commerce et d’industrie de Vaudreuil-Soulanges.

Pas pour demain

Les membres de la Table devront établir un plan de travail.. La première rencontre de travail se tiendra prochainement : elle permettra aux partenaires impliqués d’échanger sur leur vision respective et de bonifier le plan de travail.

En supposant que la table travaille pendant deux ans, à partir du moment que le projet est inscrit au PQI (Plan québécois des infrastructures), il pourrait se passer de 8 è 10 ans avant l’aboutissement du projet.

En attendant, les travaux de maintenance sur le pont de l’Ïle-aux-Tourtes se poursuivent afin de garantir une fluidité de la circulation dans le secteur.

Rappelons que de 25 000 à 53 000 véhicules circulent quotidiennement sur l’autoroute 20 entre Vaudreuil-Dorion et L’Île-Perrot.

À propos de l'auteur

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

PUBLICITÉ