Quand la dépression prend toute la place

Autrefois reconnu et ovationné pour les furieux combats qu’il disputait sur la patinoire, maintenant, l’adversaire de Patrick Bordeleau est plus sournois : la dépression.
(Photo : Steve Sauvé)

C’est désormais loin des feux de la rampe que l’ancien hockeyeur de la Ligue nationale de hockey (LNH), Patrick Bordeleau, poursuit son chemin. Autrefois reconnu et ovationné pour les furieux combats qu’il disputait sur la patinoire, maintenant, son adversaire est plus sournois : la dépression.

Difficile de ne pas apercevoir l’ancien homme fort de l’Avalanche du Colorado lorsqu’il est en public. Du haut de ses 6 pieds 6 pouces, c’est plutôt un homme avec un cœur d’enfant qui a accepté de se confier à VIVA média.

D’entrée de jeu, Patrick Bordeleau avoue qu’il ne traverse pas le bout de sa vie le plus facile. Depuis sa retraite du hockey professionnel, il n’a pas été en mesure d’identifier les signes que son état lui envoyait. « L’été d’après ma carrière dans la LNH, je ressentais beaucoup de stress, explique Patrick Bordeleau. J’avais une tonne de pression sur les épaules. J’ai accepté une offre pour aller jouer en Angleterre. J’ai trouvé cela difficile. J’étais loin de ma femme et de mon enfant. J’ai commencé à broyer du noir, mais je suis resté là pour le salaire. Ça n’avait aucun sens. J’étais malheureux. J’avais mal en dedans. Je souffrais de l’éloignement et de solitude. J’ai alors vécu un premier épisode de dépression, mais j’ignorais de quoi il était question. À ce moment, j’ai eu un premier problème financier d’environ 40 000 $. »

Le hockey encore et toujours

À son retour d’Angleterre les choses ne se sont pas replacées pour autant. Pour cause l’aspect financier est resté un souci majeur pour Bordeleau. « Lorsque je n’ai pas été en mesure d’avoir un autre contrat dans la LNH, j’ai commencé à m’en faire pour ma sécurité financière. Oui j’ai fait de l’argent, mais j’ai fait aussi plusieurs heureux autour de moi.  Il était hors de question que je retourne en Angleterre. J’ai fini par trouver un contrat dans la Ligue nord-américaine de hockey, mais après quelques parties, je me suis brisé une jambe. Ce n’est pas des contrats garantis dans cette ligue donc, je me suis retrouvé sans salaire. J’ai donc broyé du noir à nouveau. »

Tout éclate

L’été 2018 restera gravé longtemps dans la mémoire de Patrick Bordeleau. C’est à ce moment qu’il a touché les bas-fonds et qu’il a été dans l’obligation de consulter. « J’étais devenu un zombie, dit-il. Je ne savais pas que je souffrais de dépression. Plus rien n’allait. À un moment, j’ai mis la main sur la carte de crédit de ma femme et j’ai dépensé 63 000 $ en trois jours en jouant en ligne. J’avais complètement perdu la mappe. Cela a causé en partie ma séparation, mais encore là, mon couple battait de l’aile.  J’ai quitté la maison. J’ai entrepris des démarches pour obtenir de l’aide. J’ai consulté et depuis quelques semaines j’ai eu un diagnostic. Je souffre d’un trouble de la personnalité borderline. Lorsque je fais quelque chose dans la vie, je suis excessif. Ça toujours été de même, mais je ne savais pas pourquoi.  Toutefois, malgré tout ce qui m’arrive en ce moment, je me console en me disant que je n’ai pas violenté personne. Ni ma femme ni mes enfants.»

Malgré toutes les sordides histoires qui entourent les anciens joueurs de la LNH, il n’y a aucun suivi psychologique lorsqu’un joueur prend sa retraite. C’est Patrick Bordeleau qui a contacté la ligue pour obtenir de l’aide. « Quand tu n’es plus dans la LNH, il n’y a personne qui t’appelle pour savoir comment tu vas. Pour eux, tu n’existes plus. Même au sein d’une équipe, les gars ne restent pas vraiment en contact. »

Accusation

Patrick Bordeleau sait très bien qu’il ne l’aura pas facile dans les prochains mois, lui qui fait face à une accusation criminelle. (Photothèque)

En plus d’avoir livré un furieux combat face à la dépression, Patrick Bordeleau vit maintenant une chose encore plus difficile. Il ne peut voir ses enfants comme bon lui semble. « Présentement, mon ancienne conjointe a la garde complète de mes enfants, dit Patrick Bordeleau, visiblement ému. J’ai accès à des visites supervisées. C’est excessivement difficile. Je sais que je suis un bon papa. Mon plus vieux est justement un fils à papa. Mes enfants me manquent. »

Patrick Bordeleau sait très bien qu’il ne l’aura pas facile dans les prochains mois, lui qui fait face à une accusation criminelle pour fraude. « Je vais remettre l’argent jusqu’au dernier dollar, confirme celui qui a rejoint une formation de la LNAH récemment. Je sais que j’ai déçu des gens, mais j’étais réellement souffrant. Désormais, je vais mieux. Ce qui m’importe le plus et que je désire plus que tout en ce moment serait de pouvoir voir mes enfants au moins deux jours par semaine. Je sais que je suis un bon père. Je ne suis pas un monstre, je suis un homme qui a fait des erreurs pendant une dépression. »

À propos de l'auteur

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

PUBLICITÉ