Vaudreuil-Soulanges pourrait-il vivre une tragédie comme Lac-Mégantic?

La Municipalité de Saint-Polycarpe a évité une tragédie ferroviaire de justesse en juillet 2018. (Photothèque)

La Fédération québécoise des municipalités (FQM) est très préoccupée par la décision du Bureau de la sécurité des transports (BST) de retirer le transport de liquides inflammables par train, comme le pétrole, de sa liste de surveillance, alors qu’il n’y a jamais autant eu de convois ferroviaires pétroliers.

La région de Vaudreuil-Soulanges a évité de justesse une tragédie ferroviaire lorsque 22 wagons d’un train du Canadien Pacifique ont déraillé à Saint-Polycarpe en juillet dernier. Quatre citernes contenant du propane sont tombées d’un pont enjambant la rivière Delisle. En plus du propane, le convoi qui a déraillé contenait également des citernes de diesel et de mazout.

« On ne comprend pas du tout les raisons qui ont mené le BST à prendre une telle décision, mentionne le président de la FQM, Jacques Demers. Pas plus tard que cet été, un train transportant du diésel et du propane a déraillé à Saint-Polycarpe. Heureusement, personne n’a été blessé, mais les risques sont toujours présents. Il faut que le ministre des Transports du Canada, Marc Garneau ordonne au BST de réintégrer le pétrole dans sa Liste de surveillance. »

lorsque 22 wagons d’un train du Canadien Pacifique ont déraillé à Saint-Polycarpe en juillet 2018. (Photothèque)

Au Québec, plus de 500 municipalités sont traversées par une ligne de chemin de fer et qui sont susceptibles de subir un accident impliquant le transport de matières dangereuses. Mathieu Le Blanc, conseiller en relation avec les médias à la FQM indique que les municipalités ainsi que les Services de sécurité incendie ne sauront plus informés de ce qui transite. « Le BST affirme que des améliorations considérables ont été apportées dans le transport ferroviaire. En enlevant les produits pétroliers de la liste, il sera impossible pour les municipalités de se préparer advenant une catastrophe puisqu’elles n’auront pas la connaissance des matières transportées.

« On se remet à peine de la tragédie de Lac-Mégantic qui a couté la vie à 47 personnes. Si on relâche notre vigilance, c’est clair qu’on augmente les risques qu’une nouvelle tragédie se produise. Le gouvernement se doit de rassurer la population et de maintenir la surveillance du transport des liquides inflammables par train de la part du BST. Il en va de la sécurité de tous », ajoute également le président de la FQM.

À propos de l'auteur

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *