Patrick Di Fruscia veut planter 1 million d’arbres

Patrick Di Fruscia entend participer à la reforestation de certains coins de la planète. Photothèque

Reconnu internationalement comme photographe professionnel du paysage et de la nature, Patrick Di Fruscia se cherchait une cause qui lui permettrait de redonner dans la communauté les bienfaits dont il a pu bénéficier dans sa vie jusqu’à présent.

Patrick Di Fruscia, originaire de Saint-Lazare, s’est promené à travers le monde et il a pu observer la nature à son gré puisqu’il l’a fixée plus d’une fois dans son objectif. Ses photos ont fait l’objet de publications notamment dans Time magazine, Reader’s Digest, et autres comme le Wall Street Journal. Ses œuvres ont aussi exposées au Smithsonian National Museum of Natural History et il a même exposé au prestigieux Caesars Palace à Las Vegas.

Dans ses observations, il a constaté que la déforestation a fait beaucoup de ravages dans certains pays.  « Je me considère très chanceux d’avoir trouvé ce qui me fait me sentir vivant. Ma passion pour la photographie de la nature m’a permis de voyager dans certains des endroits les plus incroyables du monde, d’avoir des expériences de vie incroyables, d’exprimer ma créativité et de rencontrer des gens extraordinaires en cours de route. Mais j’avais toujours ce sentiment profond que je ne faisais pas assez, ne redonnais pas assez », mentionne-t-il d’entrée de jeu.

Un jour Patrick Di Fruscia a entendu un homme dire quelque chose qui a l’a vraiment allumé. Il faut toujours laisser un endroit mieux que vous l’avez trouvé. « Ces mots m’ont amené à réfléchir. Si demain était mon dernier jour sur cette merveilleuse planète, aurais-je rendu ce monde meilleur? Et, peu importe comment je l’ai regardé, je me disais, je sais que je pourrais faire beaucoup mieux.  Oui, je crée, partage la beauté de notre planète, mais dans quel but exactement? Est-ce que tout cela est strictement dirigé par l’égo? », se demande Patrick Di Fruscia.

Give back to nature

Redonner à la nature, c’est le crédo qu’a adopté Patrick Di Fruscia. Au total, il entend faire planter pas moins d’un million d’arbres dans des pays les plus ravagés par la déforestation tels Magadascar, le Népal, l’Éthiopie, Haïti et l’Indonésie. D’ailleurs, il s’y rend au cours des prochains jours pour son travail, mais aussi pour voir comment l’organisme Eden Reforestration project procède pour planter des arbres.

« Être capable de prendre des clichés d’endroits incroyables est une chose, mais redonner et faire une différence dans notre monde et dans la vie des gens est inestimable. Je devais trouver un moyen de combiner toutes mes passions, les combiner de manière à ce que cela fasse vraiment la différence. J’ai fixé mes objectifs pour inspirer les autres à maintenir une attitude positive envers la vie, et de les rendre conscients de la beauté de notre planète. C’est pour cette raison que j’ai décidé de créer Give Back to Nature. Le projet a pour premier objectif de planter un million d’arbres dans les pays en développement, d’aider ainsi les villages et les communautés et de reconstruire les paysages naturels détruits par la déforestation. J’ai travaillé très dur pour mettre en place ce projet qui me tient à cœur. Je crois sincèrement qu’ensemble nous pouvons faire la différence et laisser ce monde meilleur. Ce n’est pas le travail d’une seule brique qui construit des royaumes, mais plutôt la façon dont ils se tiennent tous ensemble qui le rend possible », d’expliquer Patrick Di Fruscia. Notre artiste a donc conçu un logo et créé un site pour amasser des fonds.  Patrick Di Fruscia s’est inspiré de l’organisation Ten Tree qui vend des items sur le web et utilise les profits pour planter des arbres. Selon ce qui est vendu, un nombre d’arbres déterminé est planté. « Sur mon site Give back to nature je peux vendre des tasses,  des Tee-Shirts, des coussins et selon  le prix, par exemple pour un T-Shirt arborant le logo de Give back to nature, avec l’argent récolté, on peut planter entre 20 et 70 arbres. « Je donne 50 % de mes profits pour les arbres, le reste va pour faire rouler le projet. Je ne fais pas un sou avec cette initiative. Et en plus, en plantant des arbres, cela contribue à créer des emplois dans ces pays. Pas moins de 167 jours de travail ont été créés depuis le 28 mars  grâce Give back to nature  et près de 17 000 arbres ont été plantés », révèle Patrick Di Fruscia. Précisons qu’il en coûte en général 10 cents américains pour planter un  arbre.

Toute personne sensibilisée par la protection de la nature peut se rendre sur le site www.givebacktonature.com.

À propos de l'auteur

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

PUBLICITÉ