Le Club Quad perd son droit de passage à Sainte-Marthe

Le Club Quad des Trois-Lacs devra trouver une alternative à son habituel passage sur le territoire de Sainte-Marthe. Photothèque

Depuis plusieurs années, le Club Quad des Trois-Lacs jouit d’un droit de passage sur certaines terres agricoles à Sainte-Marthe pour pratiquer leur sport, mais voilà qu’un des agriculteurs retire son droit de passage ce qui complique la vie aux adeptes de VTT qui avaient l’habitude d’y circuler.

L’agriculteur a expliqué qu’il entendait utiliser la portion cette terre pour les semences. Le Club Quad devait donc trouver une alternative pour pallier à cet inconvénient. Comment, en effet, compenser la perte des droits de passage pour ces sentiers sur le territoire de Sainte-Marthe?

La Municipalité a donc été saisie de la problématique du Club Quad des Trois-Lacs pour relocaliser ses sentiers et a été sollicitée dans la recherche d’alternatives au tracé existant.

Mais aucune solution n’a pas pu être trouvée autrement que par le passage sur la voie publique entre le 320, chemin Saint-Guillaume et la montée Saint-Henri et sur la montée Saint-Henri entre la rue Principale et la ligne électrique de haute tension d’Hydro-Québec.  Mais c’est là où le bât blesse.

La Municipalité invoque que le tracé proposé représente un danger public, autant pour les quads que les autres usagers de la route, par le fait que le lieu d’entrée et de sortie du sentier vers la voie publique sur Saint-Guillaume est situé au bas d’une côte avec limite de vitesse à 80 km /h. De même, le tracé proposé circulerait en bordure de route où la limite de vitesse est de 80 km /h sur un tronçon, 50 km /h sur un autre tronçon et que finalement, l’un des tronçons est situé en zone scolaire.

Des quadistes déçus

Il va de soi que les amateurs de ce sport auraient aimé que la proposition soit mieux accueillie par la Municipalité.  « Depuis plus de vingt ans nous passons sur des terres qui traversent la rivière Raquette pour aller vers Rigaud et ce cultivateur enlève ce droit. Il faut donc chercher une solution de rechange,  un contournement, et proposer des options à la Municipalité, nous dit  un ex-membre du Club Quad.  Les bénévoles ainsi que le président ont tenté mainte fois de trouver un terrain d’entente, sans succès concrets », relate-t-il.  Lors de la séance du conseil, le rejet de la requête du club a été expliqué devant plusieurs représentants du club. « La Municipalité invoque des raisons de sécurité et de tranquillité. Pourtant, juste avant, le conseil venait de voter une motion pour accorder un permis d’opération pour une sablière et augmenter la vitesse sur Saint-Henri. Tranquillité et sécurité…? », ironise-t-il.

« Nous sommes déçus de la tournure des événements, lance Gordon Bourget, président du Club Quad des Trois-Lacs. Je trouve cela dommage d’autant que nos membres sont toujours prêts à utiliser leur véhicule pour aider. On l’a fait lors des inondations. Mais quand on demande quelques chose, on refuse », rappelle le président. Ce dernier nous dit que le MTQ était prêt à accorder le droit de passage sur le chemin Saint-Guillaume sur 1, 8 kilomètres, étant donné qu’il s’agit d’une route numérotée, mais la Municipalité doit donner son aval, ce qu’elle n’a pas fait. Et sur la montée Saint-Henri, pour une distance totale sur la voie publique de 3 km? « C’est la Municipalité qui en est responsable et elle a dit non », déplore Gordon Bourget.  «Sainte-Marthe a collaboré autant qu’elle a pu pour offrir au Club Quad des Trois-Lacs le support nécessaire afin que le tracé du sentier de ce club puisse continuer de passer au sein de notre municipalité », indique Michel Bertrand, directeur général de la Municipalité.

Sur la distance proposée via la voie publique, le sentier passerait devant 10 résidences sur la montée Saint-Henri, en plein cœur du noyau villageois sans compter également un nombre appréciable de résidences situées le long du chemin Saint-Guillaume.

Dans ce secteur, il y a des  endroits où il y a densitéd’habitation et de circulation piétonnière composée de citoyens de tous âges, incluant des enfants, rendant ainsi le tracé proposé incompatible avec l’esprit de tranquillité recherché par les citoyens qui ont décidé de s’établir à ces endroits à Sainte-Marthe », d’expliquer Michel Bertrand.

La Municipalité s’est dite ouverte à étudier toute autre alternative que le Club Quad des Trois-Lacs pourrait présenter, dans la mesure où elle serait compatible avec les valeurs en matière de quiétude, de sécurité et de bien-être pour prônées autant par les élus que par les citoyens.

Justement, Gordon Bourget, souhaite que les autorités municipales, au lieu de lancer la balle au club, travaillent de concert avec lui pour trouver une solution.

À propos de l'auteur

Vous aimerez également

1 commentaire

  1. Michel Bertrand

    Merci à VIVA-média pour l’intérêt portée à notre municipalité et à son journaliste qui prend soin de couvrir l’actualité des petites municipalités comme la nôtre.

    L’article me permet de préciser à l’ex-membre du club quad que la limite de vitesse n’a pas été augmentée par résolution du conseil elle a été plutôt harmonisée à la plus basse limite de vitesse sur ce chemin. Dorénavant, plutôt qu’avoir des limites à 80 Km /h à certains endroits et à 70 Km /h à d’autres endroits, elle sera uniforme à 70 Km /h sur la distance complète.

    En ce qui concerne la référence à une sablière, toujours selon les propos cités par cet ex-membre du club quad, il s’agit d’une sablière en opération depuis de nombreuses décennies mais qui a besoin d’un renouvellement de permis (chaque 5 ans) auprès des autorités provinciales. La municipalité ne pouvait pas refuser son appui sans risquer d’être poursuivie puisque ladite sablière rencontre toutes les exigences qui la concerne et qu’elle profite d’un droit acquis.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

PUBLICITÉ