L’auteur d’une invasion de domicile à Vaudreuil-Dorion risque 14 ans de prison

Le procureur en chef adjoint dans le district de Beauharnois, Me Pierre-Olivier Gagnon, a indiqué au juge Bertrand Saint-Arnaud son intention de proposer une peine de 14 ans de détention envers Rakeim Floyd.

Les représentations sur sentence dans le dossier de Rakeim Floyd, qui a reconnu sa culpabilité en janvier 2018, à des accusations en lien avec une invasion de domicile avec violence extrême, ont débuté le jeudi 27 septembre au palais de justice de Valleyfield.

À tour de rôle, la victime, un homme de 71 ans, sa conjointe ainsi que trois témoins en défense ont pris place à la barre. Le septuagénaire a expliqué au juge les impacts sur sa santé physique et mentale, qui résultent de l’agression subie en 2015. « Il n’a pas fait qu’une seule victime, dit l’homme visiblement ébranlé par son propre récit. Toute ma famille a été secouée.

Pendant près d’une heure, la victime et sa conjointe ont eu l’opportunité de s’adresser au tribunal. Pendant tout ce temps, Rakeim Floyd est resté de glace dans le box des accusés.

Le juge Bertrand Saint-Arnaud rendra sa décision sur la peine ultérieurement. (Photo: Guillaume De Chantal)

Le père, la mère, et un représentant de l’église où pratique la famille Floyd ont également témoigné. Le trio a expliqué que malgré les gestes posés par l’accusé, qu’il pouvait compter sur leur soutien. Son père, qui a profité de la pause de la Cour pour tenir une mise en garde aux journalistes présents, a confié que sa progéniture consommait régulièrement des stupéfiants et que cela pouvait expliquer le geste qu’il a posé.

 

Le procureur du Directeur des poursuites criminelles et pénales, Me Pierre-Olivier Gagnon, insiste sur les antécédents judiciaires de l’accusé. (Photo: Guillaume De Chantal)

Devant la nature des faits, le représentant du Directeur des poursuites criminelles et pénales Me Pierre-Olivier Gagnon a indiqué qu’une peine de 14 ans de détention est appropriée. « Le chef d’introduction par effraction est punissable d’une peine à perpétuité, explique Me Gagnon. Il y a aussi de la jurisprudence pour des cas similaires. La peine de 14 ans qui est demandée se situe dans la fourchette de peine applicable pour ce type de crime. »

Pour sa part, l’avocat de Rakeim Floyd, Me Guy Lalonde fait savoir qu’une peine de six à huit ans d’incarcération est envisageable. « Les circonstances sont très aggravantes, mentionne Me Lalonde. Cependant, on vérifie avec la jurisprudence et on parle de peines qui varient de cinq à seize ans pour ce type de crime. Sachant que monsieur a aussi des antécédents judiciaires en semblable matière, il serait mal vu de suggérer en bas de la sentence que j’ai proposée. Maintenant, c’est le juge qui décidera de la sentence qui doit être imposée.

L’avocat de Rakeim Floyd, Me Guy Lalonde fait savoir qu’une peine de six à huit ans d’incarcération est envisageable. (Photo: Guillaume De Chantal)

Récapitulatif

Le 27 novembre 2015, Rakeim Floyd se présente à une résidence située sur le chemin Saint-Louis à Vaudreuil-Dorion. Prétextant être un peintre, il offre ses services au propriétaire des lieux. Une fois à l’intérieur, Rakeim Floyd a roué de coups l’homme de 71 ans et il l’a étranglé.

Bien qu’il ait pris la fuite, Rakeim Floyd a été retracé par les policiers près de deux mois après son crime. Un mandat de perquisition a été émis afin de vérifier l’état du véhicule du Rakeim Floyd. C’est à ce moment que les policiers ont trouvé du sang de la victime à l’intérieur du véhicule de l’accusé même s’il avait pris soin de très bien la nettoyer après l’agression.

 

À propos de l'auteur

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

PUBLICITÉ