La mère de Kevin Gratton satisfaite, mais demeure réaliste

Linda Bercier a tenu à ce que son fils soit présent au palais de justice pour la décision de la juge. (photo: Guillaume De Chantal)

Un vent de soulagement a soufflé sur la famille de Kevin Gratton à la suite de la déclaration de culpabilité prononcée à l’endroit de Phillip Hargrave. Cependant, pour la mère de la victime, Linda Bercier, aucune sentence ne pourra lui rapporter son fils.

 Mme Bercier explique que sa vie s’est arrêtée le 26 septembre 2015. À ce moment, son fils Kevin a été impliqué dans un accident de la route à l’intersection des routes 201 et 340 à Saint-Clet. Les blessures subies par son fils font en sorte qu’il est maintenant dans un état neurovégétatif.

Rencontrée au palais de justice de Valleyfield dans le cadre du prononcé de la décision de culpabilité de Phillip Hargrave, Mme Bercier insiste sur le fait qu’un jour, Phillip Hargrave sortira de prison, mais que son fils restera à jamais prisonnier de son corps. « Il va faire cinq peut-être six ans de prison et après, il va sortir. Je suis satisfaite que la juge l’ait reconnu coupable, mais notre réalité ne changera pas. Lui, il va reprendre sa vie normale mais pas nous. »

Avant la tragédie, Kevin Gratton était, selon ses proches, un jeune homme souriant qui était de bonne compagnie. (Photo archives)

Comme l’état de santé de Kevin Gratton nécessite des soins de santé importants, le jeune homme dans la vingtaine a été admis dans au Centre de soins de longue durée Aimé-Leduc à Salaberry-de-Valleyfield. Linda Bercier souligne qu’elle dédie le plus de temps possible à son fils. Qu’elle en prend soin quotidiennement.

« Je vais le chercher tous les jours pour l’apporter à la maison, précise la mère. Nous faisons rénover notre maison pour assurer le confort de Kevin. » 

Linda Bercier fait également savoir que désormais, elle et son conjoint mettent leurs priorités envers leur famille. « On se concentre sur notre famille et nous continuons. »

Il a été prouvé pendant le procès de Phillip Hargrave que ce dernier avait des traces de cannabis dans le sang. D’ailleurs, une accusation de conduite avec les facultés affaiblies a été déposée envers le chauffard. Par contre, le taux de la substance dans le sang a fait en sorte qu’une experte ne pouvait confirmer qu’il avait consommé avant de prendre le volant. « Je savais que l’accusation n’allait pas être retenue », mentionne la mère de Kevin Gratton.

Questionnée sur ses impressions sur la légalisation du cannabis, Mme Bercier laisse entendre qu’elle ne voit pas la nouvelle réglementation comme étant des plus positives. « Je suis contre cela. Dans le cas de Phillip Hargrave, il y a des traces de cannabis dans son sang, mais c’était trop difficile de confirmer quand la substance avait été consommée pour retenir l’accusation. J’imagine qu’il y en aura d’autres qui conduiront et ça sera difficile à prouver. » 

À propos de l'auteur

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

PUBLICITÉ