Il aurait fait lécher le pénis de ses victimes handicapées par un chien

(Photo: Twitter)

Les nombreux dossiers de Sébastian Parlea, un homme qui se décrit sur internet comme étant un éducateur spécialisé auprès d’enfants de 3 à 12 ans, étaient de retour au palais de justice de Valleyfield le lundi 27 août.

Faisant face à une multitude d’accusations telles que contact sexuel, agression sexuelle, production de pornographie juvénile, possession de pornographie juvénile, d’avoir rendu accessible du matériel sexuellement explicite à des mineurs et de bris d’engagement, Sébastian Parlea a fait son entrée dans la salle de Cour avec un grand sourire sur les lèvres.

Détenu depuis le 28 mars dernier, l’homme de Rivière-Beaudette a vu son avocat Me Andrew Barbacki et la procureure du Directeur des poursuites criminelles et pénales, Me Marianne Tremblay, expliquer au juge Bertrand St-Arnaud qu’il sera possible de fixer la deuxième journée nécessaire pour la tenue de l’enquête préliminaire le 5 septembre prochain.

Puisque la continuité de l’enquête préliminaire prendra vraisemblablement une journée complète, il est convenu que le juge St-Arnaud doit siéger en deuxième division et non dans une salle à volume afin de ne pas encombrer le rôle des comparutions et ainsi reporter un nombre important de dossiers.

Des accusations qui font figer le sang

Les gestes reprochés à l’accusé sont des plus particuliers. L’ancien employé d’une commission scolaire offrait ses services à des familles dont les jeunes souffraient de différents problèmes d’adaptation ou de difficultés psychosociales. Laissant présumément aller ses bas instincts, il est entre autres reproché à Sébastian Parlea d’avoir pris en photo des enfants alors qu’il leur avait enduit le pénis de beurre d’arachides pour le faire lécher par un chien.

À propos de l'auteur

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *