Hôpital de Vaudreuil-Soulanges : Une pelletée de terre de la CAQ dans un premier mandat

Le chef de la Coalition Avenir Québec François Legault était de passage à Hudson le 26 mars. Venu rencontrer le Comité tripartite pour la construction de l’hôpital de Vaudreuil-Soulanges, il en a profité pour annoncer des engagements dans ce dossier.

Le chef de la Coalition Avenir Québec (CAQ) a d’emblée exprimé sa déception en lien avec les annonces réalisées par le premier ministre Philippe Couillard et le ministre de la Santé Gaétan Barrette la semaine dernière. « Le gouvernement libéral avait promis un nouvel hôpital pour 2021. La semaine dernière, surprise générale, le gouvernement libéral vient dire que l’hôpital sera terminé seulement en 2027. La situation ne peut pas tenir comme ça », a-t-il exprimé d’entrée de jeu.

Le politicien natif de Sainte-Anne-de-Bellevue a rappelé être bien au fait de la réalité de la région. Il a abordé la question de l’achalandage à l’Hôpital du Suroît. « Aujourd’hui même, l’Hôpital du Suroît affiche un taux d’occupation de 268 %; le pire au Québec. On parle de délais d’attente moyens de 18 heures. C’est complètement inacceptable. Il faut que les gens de Vaudreuil-Soulanges soient mieux desservis », a-t-il exprimé.

Le chef de la CAQ a donc exprimé un engagement. « Avec un gouvernement de la CAQ, nous commencerons la construction de l’hôpital dans le prochain mandat. Ce sera concret et irréversible », a-t-il annoncé.

Questionné sur les mesures privilégiées pour accélérer le processus, François Legault a abordé la lenteur excessive présentée dans le plan proposé la semaine dernière par le premier ministre. « Je suis un homme d’affaires. Un des éléments que je souhaite changer de ce gouvernement, c’est de réduire la bureaucratie. Cela s’applique à tous les domaines. C’est inacceptable de concevoir un délai de 4 ans pour amorcer la construction d’un hôpital, puis un autre 4 ans pour la construire. Nous nous devons d’être plus rapides et efficaces », a-t-il dit.

Mesures transitoires

Dans le but de désengorger l’Hôpital du Suroît et d’offrir de meilleurs soins de santé dans Vaudreuil-Soulanges, François Legault a également avancé certaines mesures transitoires à appliquer sur le terrain.

Il souhaite d’une part que le gouvernement procède à l’achat de lits en ressources privées et intermédiaires pour transférer certains patients de l’Hôpital du Suroît. Il vise aussi l’ouverture de cliniques pour augmenter l’offre de sans rendez-vous.

Le Comité tripartite pour la construction de l’hôpital de Vaudreuil-Soulanges a ajouté à cela deux mesures transitoires supplémentaires. En effet, le regroupement souhaite bonifier à la fois le nombre d’ambulances sur le territoire et les services de premiers répondants.

Un dossier apolitique

Le Comité tripartite pour la construction de l’hôpital de Vaudreuil-Soulanges est constitué de citoyens, de membres de la communauté d’affaires et d’élus de la MRC de Vaudreuil-Soulanges. Il a pour mandat de représenter les intérêts de plus de 150 374 citoyens de la région n’ayant toujours pas accès aux services de santé adéquats.

La rencontre avec François Legault avait pour but d’assurer la continuité du projet dans l’éventualité d’un changement de garde à l’issue des élections cet automne. Le comité compte d’ailleurs rencontrer d’autres membres de la classe politique, dont le chef du Parti Québécois, Jean-François Lisée.

« Cette rencontre avait pour objectif de maintenir notre pression dans le dossier de l’hôpital. Nous voulons nous assurer que ce projet est irréversible. Nous n’avons pas d’objectifs politiques, nous voulons que le dossier avance sur la base des mêmes études dans l’éventualité où Monsieur Legault soit porté au pouvoir », explique Denis Lapointe, au nom du comité.

Ainsi, durant une heure et à huis clos, le comité a présenté l’ensemble des données à François Legault. Les membres ont insisté sur l’accord qui règne entre les 23 maires de la MRC sur le choix du terrain, et sur la base solide des études du CISSSMO démontrant un besoin de 404 lits.

« Ce que l’on veut, c’est que le dossier avance. Nous ne voulons pas revivre les 10 dernières années. Les études sont là. Nous voulions établir un lien et prôner la continuité », ajoute Denis Lapointe.

D’ailleurs, François Legault n’avait que de bons mots pour le travail du comité. « Le comité a fait un excellent travail. C’est toujours un plus de voir ensemble des citoyens, des élus et des membres de la communauté d’affaires travailler ensemble. Le comité a été patient et en mesure de faire pression dans le dossier », a-t-il soulevé.

« À chaque fois qu’un patient de Vaudreuil-Soulanges se rend à l’Hôpital du Suroît, on enlève du service là-bas. Même chose à l’Hôpital Anna-Laberge ou au Lakeshore. On sait également que cela coûte plus de 20 M$ à la province avec les patients qui se rendent en Ontario. On est tannés de ça. Nous sommes actuellement 158 000 dans la région. Nous serons 185 000 en 2030. On a besoin de notre hôpital » a conclu Denis Lapointe.

 

 

À propos de l'auteur

Stéphanie Lacroix

Directrice de l'information

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

PUBLICITÉ