Des élèves obligés de s’asseoir par terre par faute de bureau

L’école Marguerite-Bourgeoys située à Les Cèdres. (Phototech)

Scène désolante à l’école primaire Marguerite-Bourgeoys à Les Cèdres alors que les élèves de quatre classes de première année doivent s’asseoir par terre puisque les classes ne sont pas équipées de tableaux, chaises, tables et même de bureaux.

Geneviève Lacoste, une mère dont la fille a été transférée par obligation à l’école Marguerite Bourgeoys rage devant la situation « Sa classe est située dans les nouveaux modulaires devant l’école, explique Mme Lacoste. Hier, nous avons eu notre rencontre de parents. Quelle n’a pas été ma surprise de constater qu’aucune des 4 classes de première année n’avaient reçu leurs tables, chaises et tableaux. Les enfants sont assis par terre pour encore deux semaines peut-être trois. »

La problématique entourant la situation est que plusieurs enfants qui fréquentaient l’école Papillon-Bleu ont été transférés à l’école Marguerite Bourgeoys.  « Elle a été transférée, contre notre gré, s’indigne Geneviève Lacoste. Tous les nouveaux élèves de maternelle ainsi que ceux de l’an dernier et les premières années ont été transférés. Nous avions eu l’engagement de la Commission scolaire des Trois-Lacs (CSTL) que les modulaires seraient prêts, mais ce n’est visiblement pas le cas. »

Mme Lacoste doute du sérieux de la CSTL. « La commission scolaire ne prend pas ses responsabilités, dit la mère qui siège également au le Comité des parents de la CSTL. Le boum démographique dans Vaudreuil-Soulanges est réel et palpable et j’ai l’impression que tout le monde l’a vu venir sauf la commission scolaire et nos élus. C’est dommage que nos enfants en subissent les conséquences. »

Finalement, Mme Lacoste se questionne sur les bienfaits du transfert d’un nombre aussi considérable d’écoliers. « Je ne suis pas convaincue que les infrastructures de l’école Marguerite-Bourgeoys sont conçues pour recevoir autant d’enfants. C’est dommage! Présentement, avant de construire une nouvelle école, ceux du territoire doivent être en débordement pendant cinq ans. C’est inconcevable. »

À propos de l'auteur

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *