Accès à un médecin de famille : Vaudreuil-Soulanges s’en tire mieux

La future clinique à Vaudreuil-Dorion permettra de compléter le travail déjà commencé en ce qui a trait au guichet d’accès. Photothèque

On compte 1164 personnes inscrites au guichet d’accès à un médecin de famille dans la région de Vaudreuil-Soulanges. On en compte 78 280 dans toute la Montérégie inscrites sur la liste.

Les Vaudreuil-Soulangeois représentent donc seulement 0, 01 %, des patents qui attendent pour un médecin de famille.  Il faut attendre en moyenne 157 jours pour avoir accès à un médecin de famille. Dans toute la Montérégie, la moyenne est de 314 jours.

Dans Vaudreuil-Soulanges, il en prend 46 jours pour un cas urgent (cote A pour les cancers et soins palliatifs), 135 pour un cas pressant (cote B), 162 jours pour un cas prioritaire (cote C), 204 jours pour un cas important (cote D) et 237 jours pour un cas simple (cote E pour les personnes n’ayant aucun problème de santé connu),  avant de bénéficier des services d’un médecin de famille. « Le guichet d’accès va bien dans Vaudreuil-Dorion, de dire fièrement Jade St-Jean, porte-parole du CISSSMO. Chaque personne peut s’inscrire », ajoute-t-elle. Elle précise qu’au cours des derniers mois, on a vu une grande mobilisation de médecins pour une plus grande prise en charge. « D’ici l’automne, Vaudreuil-Soulanges accueillera six nouveaux médecins. Le guichet d’accès va donc se vider assez rapidement », révèle Jade St-Jean.

La clinique médicale des Trois-Lacs qui emménagera dans une toute nouvelle bâtisse souhaite accueillir 8 000 patients de plus soit 20 000 une fois qu’elle sera mise en service.

Même si Vaudreuil-Soulanges s’en tire relativement bien si on la compare aux autres MRC de la Montérégie, il n’en reste pas moins qu’en décembre dernier, Gaétan Barrette a promis qu’à  Pâques 2018, il n’y aurait plus aucun patient sur la liste d’attente pour se trouver un médecin de famille.

Si on compte 78 280 personnes inscrites au guichet d’accès, au total, on parle de 323 326 patients orphelins dans la région.

Pendant ce temps, à Beauharnois, la Coop de santé est à la recherche de… patients. De fait, la situation est si critique que cette clinique pourrait fermer ses portes s’il n’y a pas plus de patients qui se manifestent. C’est le monde à l’envers.

Taux d’occupation

Par ailleurs, même s’il demeure le plus occupé de la région, l’hôpital du Suroît a considérablement amélioré le temps d’attente en matière du taux d’occupation des civières avec 132 %. On se souviendra qu’en janvier, il était de 195 % et maintenait l’institution au premier rang à ce chapitre au Québec. Le taux d’occupation avait même atteint 277 % quelques semaines auparavant. D’autres hôpitaux, au Québec, en date du 30 avril, présentent un taux d’occupation plus élevé que l’hôpital du Suroît. On parle ici du nombre de patients sur civière pour plus de 24 et 48 heures.

« Au cours du dernier hiver, on a été témoin d’un achalandage exceptionnel et on a travaillé très fort pour améliorer la situation. Nous avons ouvert des unités de débordement, entre autres choses. Nous avons été aussi confrontés à une autre problématique soit la couverture médicale. Nous avons dû composer avec le départ de médecins au cours de la dernière année. Nous avons appelé des médecins dépanneurs. Avec de nouveaux médecins, cet été, les choses devraient s’améliorer », précise Jade St-Jean.

À propos de l'auteur

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *