À 228 km/h, un chauffard de 21 ans cause la mort d’un jeune homme de 24 ans

Andrew Beaulieu-Laforce risque une longue peine de détention. (Photo : Facebook)

Andrew Beaulieu-Laforce circulait à 228 km/h lorsqu’il a percuté de plein fouet la voiture de Philippe D’Anjou, 24 ans, sur la route 221 à Saint-Isidore, le 1er juin dernier. Le décès de la victime a été constaté sur place et des recherches ont été déployées puisque le fautif a pris la fuite à travers les champs.

Ce récit, à faire glacer le sang, a été expliqué par la procureure du Directeur des poursuites criminelles et pénales, Me Kim Émond à l’endroit du juge Bertrand St-Arnaud le vendredi 12 octobre au palais de justice de Valleyfield.

L’accusé, âgé maintenant de 22 ans, a profité de sa comparution pour plaider coupable à des accusations de conduite dangereuse causant la mort, de conduite avec les capacités affaiblies ayant causé la mort et de délit de fuite causant la mort. Me Émond, ainsi que l’avocat d’Andrew Beaulieu-Laforce, Me Marc Lavoie, ont proposé la confection d’un rapport présententiel afin que le juge puisse avoir un portrait détaillé de l’accusé au moment des représentations sur sentence qui auront lieu le lundi 17 décembre.

Récapitulatif des faits

Selon la preuve, Andrew Beaulieu-Laforce a passé la soirée du 1er juin 2018 dans un restaurant Cage aux Sports. Selon toute vraisemblance, il a consommé de l’alcool de façon significative puisqu’un expert calcul que le taux d’alcoolémie du chauffard se situait entre .144 et .239 mg d’alcool par 100 ml de sang lors de la collision.

Malgré son état d’ébriété, Beaulieu-Laforce a pris place derrière le volant de son véhicule de marque Mitsubishi Lancer et il a emprunté la route 221. Un expert en reconstitution de collision dépêché sur les lieux conclut que le jeune homme de 22 ans circulait à 228 km/h lorsqu’il a embouti l’arrière de celle de Philippe D’Anjou. Il a été prouvé qu’au moment de l’impact, la victime circulait à une vitesse maximale de 97 km/h dans une zone où la limite est de 90 km/h. Fait à prendre en considération, aucune trace de freinage ou d’évitement n’a été observée sur les lieux.

Lors de la collision, la victime a été éjectée de son véhicule et celui-ci a explosé. Pour leur part, Andrew Beaulieu-Laforce et son passager n’ont subi que des blessures mineures. D’ailleurs, les deux hommes ont pris la fuite dans les champs. Andrew Beaulieu-Laforce a lui-même contacté les policiers pour se rendre aux autorités.

Questionnée sur la possible sentence qu’elle entend proposer, Me Kim Émond explique qu’elle doit consulter des causes similaires. « Une chose est certaine, il sera question d’une peine de pénitencier », mentionne Me Émond.

À propos de l'auteur

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *