Un salaire toujours sous la moyenne

Miguel Lemieux
Le maire de Salaberry-de-Valleyfield, Miguel Lemieux

En décembre dernier, la Ville de Salaberry-de-Valleyfield a présenté son budget. Parmi les points présentés figurait une augmentation de salaire substantielle — 18 000 $ annuellement — pour le maire, Miguel Lemieux. Monsieur Lemieux avait expliqué lors du dépôt du budget les raisons de cette augmentation de salaire, qui est tout de même passée sous le radar.

En fait, il faut comprendre que le salaire du maire, comme celui de tous les élus municipaux, se décompose en deux parties : le salaire brut et les allocations. Ces allocations étaient, jusqu’à la fin de l’année 2018, non imposable. Or, le gouvernement fédéral a décidé qu’à partir du 1er janvier 2019, elles seraient imposables. Pour le maire de Salaberry-de-Valleyfield, ceci signifiait une perte de revenus de l’ordre d’environ 7800 $ par année. Une partie de l’augmentation prévue servira donc à compenser cette perte de revenus. Une mesure semblable serait mise en place si le gouvernement provincial décidait d’emboiter le pas au fédéral.

Un salaire sous la moyenne

Le salaire du maire en 2018 était d’environ 82 000 $. Après évaluation, il en ressort que les maires de villes comparables ont, pour la plupart, des salaires plus élevés. « Valleyfield faisait baisser la moyenne de beaucoup, » a précisé Monsieur Lemieux.

Salaberry-de-Valleyfield se trouve dans deux catégories de villes au Québec. Dans un premier temps, elle fait partie des villes comptant de 25 000 à 100 000 habitants. Ensuite, elle fait partie des villes régionales, soit celles qui comptent un hôpital, un Cégep, un palais de justice et autres infrastructures ayant un impact sur la région. La moyenne des salaires des maires de ces deux catégories était, en 2018, de 96 500 $. « On était à des années-lumière de la moyenne, explique Monsieur Lemieux. On s’en rapproche, avec cette augmentation. Mais toutes les autres municipalités du Québec donneront une augmentation de salaire à leurs maires pour compenser la perte de revenus occasionnée par les allocations non imposables qui deviennent imposables au fédéral. Ça veut donc dire qu’on sera encore nettement sous la moyenne, » a-t-il tenu à préciser.

Cette hausse salariale n’est pas encore appliquée : il y aura un vote lors de l’assemblée publique à la fin janvier. À ce moment, les salaires des conseillers seront aussi revus à la hausse. En effet, la règlementation municipale établit le salaire des conseillers à 25 % du salaire du maire. Le salaire annuel des conseillers passera donc à 24 000 $. Toutes ces hausses salariales ont été prises en compte lors du dépôt du budget.

Il est à noter que, contrairement à une pratique répandue au sein de plusieurs municipalités, les élus de Salaberry-de-Valleyfield, autant le maire que les conseillers, ne reçoivent aucune rémunération supplémentaire pour leur participation aux différentes commissions mises en place pour encadrer le fonctionnement de l’administration.

 

 

À propos de l'auteur

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

PUBLICITÉ