Les Intrépides accueillent le Deuil

L’Entente de Deuil-Garges a offert une opposition correcte aux hockeyeurs des Intrépides du Chêne-Bleu mardi lors du match disputé à la veille de leur retour en France. Photo Yanick Michaud

Une formation de jeunes joueurs de hockey européens a rendu visite à ceux du Chêne-Bleu cette semaine.

L’initiative des Français, l’Entente de Deuil-Garges de venir jouer quelques parties d’exhibition dans la Belle province émane des visites des Intrépides au cours des dernières années.

« Il y a 4 ans nous avons été en France avec nos juvéniles AA puis l’an dernier, nous y sommes retournés pour prendre part à un tournoi U11 que nous avons gagné. De fil en aiguille nous avons tissé des liens avec les dirigeants là-bas et l’an dernier, un entraîneur a dit qu’il formait une équipe pour visiter le Québec. C’est ce qu’on vit actuellement », explique Olivier Bergeron responsable du volet hockey du programme sport-études du Chêne-Bleu.

« Ils sont des maniaques de hockey. Mais ils n’ont pas la chance de jouer beaucoup ou d’assister à des matchs importants. L’un des joueurs a dit qu’il avait vu plus de hockey cette semaine que dans toute sa vie », dévoile Bergeron, fier de cette entente avec les jeunes de cette région en banlieue de Paris.

Un bel échange

Les jeunes athlètes le vivent comme un échange étudiant. Ils sont en visite dans Vaudreuil-Soulanges et sont hébergés chez des familles d’accueil. « Ils vivent une belle expérience. Ils ont vu un match de l’Armada de Blainville-Boisbriand, ils ont vu un match du Canadien, ils ont patiné sur la glace extérieure à Saint-Zotique et ils ont été jouer un match à Québec, sans compter les glissades sur tubes », raconte Olivier Bergeron qui parle d’un calibre correct. « Ils ont beaucoup d’habiletés individuelles, mais ils manquent de bagage hockey et de travail en équipe. Mais ils sont vraiment bons », estime l’entraîneur pendant le match qui opposait les jeunes de Deuil-Garges à la formation juvénile majeur du programme de l’école secondaire de Pincourt mardi après-midi à l’aréna de Vaudreuil-Dorion.

Les responsables du Chêne-Bleu et ceux de l’équipe française, dont Philippe Barat, entendent bien renouveler l’expérience au cours des prochaines années. « Quand nous allons là-bas, nous sommes accueillis  comme des rois, des athlètes de haut niveau. Nos jeunes apprécient et conservent des souvenirs qui vont durer pour la vie », conclut Olivier Bergeron.

À propos de l'auteur

Yanick Michaud

Directeur de l'information

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *