La confrontation des recrues : premiers pas de Kotkaniemi en Bleu-Blanc-Rouge

Classique incontournable depuis quelques années, la confrontation des recrues de la LNH sera présentée à la Place Bell de Laval cette année. Du 7 au 9 septembre, les plus beaux espoirs du Canadien, des Maple Leafs de Toronto et des Sénateurs d’Ottawa seront réunis dans une compétition amicale.

Les trois formations ont d’ailleurs déjà fait savoir qui seront les joueurs présents et force est d’admettre que plusieurs seront à surveiller.

Les partisans du Tricolore auront une occasion en or de voir à l’œuvre le premier choix de l’équipe au dernier repêchage (3e au total), Jesperi Kotkaniemi. Le Finlandais devrait être le joueur le plus flamboyant à représenter la Sainte-Flanelle et l’un des plus intéressants à regarder toutes équipes confondues.

Ceci étant dit, est-il juste de pointer toutes les caméras vers lui? Même s’il n’est pas le seul espoir présent que je vois atteindre la LNH d’ici quelques saisons, il reste le seul à avoir un potentiel élite chez les grands.

En le sélectionnant au troisième rang au dernier repêchage, le Canadien fonde énormément d’espoir en lui. Le plan de l’équipe est assez évident : former un duo dynamique sur sa ligne de centre, d’ici quelques années, avec Kotkaniemi et l’Américain Ryan Poehling, qu’ils ont repêché au 25e rang du repêchage de 2017. Poehling ne sera pas de la classique puisqu’il poursuit présentement son parcours scolaire avec l’Université St. Cloud ; mais il est assurément le deuxième espoir le plus important pour Montréal.

En s’attaquant au reste de la liste, on peut y découvrir quelques noms intéressants. Ceux des attaquants William Bitten, Jake Evans et Lukas Vejdemo ainsi que celui du défenseur Josh Brook sont les premiers à me sauter aux yeux. Ils sont, selon moi, ceux avec le plus de chances de devenir régulier dans la Ligue nationale ; à Montréal ou ailleurs. Toutefois, combien deviendront des joueurs d’impact? Difficile à dire… Bitten et Vejdemo deviendront de bons joueurs d’utilité, mais pourront-ils se vanter d’être des réguliers dans un top six offensif dans la meilleure ligue au monde? Je leur souhaite, sincèrement, mais j’en doute grandement. Evans a pour sa part des qualités offensives qui ne font aucun doute. Il pourrait devenir un vol pour le Canadien qui l’a repêché en septième ronde en 2014. L’ancien de l’Université Notre Dame ne semble cependant pas être un patineur de première classe. Et dans une LNH qui accélère d’année en année, il sera extrêmement difficile pour lui de s’imposer s’il n’améliore pas cette lacune.

Josh Brook n’est qu’un projet. Il est assurément le défenseur avec le meilleur potentiel chez les espoirs présents du Canadien, mais malgré de bonnes saisons dans le junior (il y jouera d’ailleurs encore l’an prochain), je ne crois pas qu’on parle ici d’un futur défenseur de première paire.

Concluons en se rappelant que rien ne se joue lors de ce tournoi. Certains pourraient toutefois forcer la main des dirigeants et se tailler une place pour le grand camp d’entraînement qui débute officiellement dans moins de deux semaines.

Renaud Bourbonnais, chroniqueur sportif

Originaire de Notre-Dame-de-l’Île-Perrot, Renaud Bourbonnais a quitté la région en 2015 afin d’étudier en journalisme dans la capitale canadienne.

À Ottawa, il est attitré à la couverture du Rouge et Noir (LCF) depuis 2017 pour la station de radio francophone UniqueFM.

En 2018, ses responsabilités augmenteront alors qu’il couvrira les activités des Sénateurs dans la LNH.

À relire

Chronique Dossier Pacioretty : la fin à Montréal?

 

À propos de l'auteur

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

PUBLICITÉ