Attention au panais sauvage

© Courtoisie Le Panais sauvage se retrouve habituellement dans les lieux frais et humides, sur les berges, près des cours d’eau, dans les fossés, sur le bord des routes et des chemins de fer.
© Courtoisie Le Panais sauvage se retrouve habituellement dans les lieux frais et humides, sur les berges, près des cours d’eau, dans les fossés, sur le bord des routes et des chemins de fer.

Cette plante irritante peut causer des lésions

Le panais sauvage est une plante qui fait partie du quotidien de plusieurs : elle pousse fréquemment sur les terrains et en bordure de rue.

Bien qu’elle paraisse inoffensive, ses liquides peuvent provoquer des lésions lorsqu’ils entrent en contact avec la peau. Ce problème peut être causé par le contact de la peau humide avec les feuilles et les tiges exposées au soleil ou par les racines de la plante.

La réaction allergique est une brûlure de premier degré, mais qui peut aussi atteindre le deuxième degré. Ces lésions ressemblent à un coup de soleil : rougeur, œdème et cloche d’eau, localisés sur la blessure qui sera alors plutôt chaude, très sensible et douloureuse au toucher. Les symptômes débutent environ 24 heures après un contact avec la plante.

La plupart du temps, les personnes atteintes ne savent pas qu’ils ont touché à du panais sauvage. Certains ne reconnaîtront pas l’infection, puisque souvent les personnes affectées ont passé plusieurs heures à l’extérieur sous le soleil. Ils croiront donc qu’il s’agit d’un coup de soleil.

Il importe de traiter rapidement l’infection pour éviter toute complication. Il suffit de mettre des compresses humides sur les lésions et si cela ne suffit pas, il faut demander à un pharmacien une préparation topique à base de cortisone. L’application rapide de la crème évite la formation de cloche d’eau. Durant la guérison, il faut éviter d’exposer la blessure au soleil. Cela peut prendre jusqu’à quatre semaines avant d’être totalement rétabli, si ce n’est pas traité adéquatement.

Après être entré en contact avec la plante, il importe de laver immédiatement à l’eau savonneuse la peau irritée ainsi que tous les vêtements qui auraient pu aussi entrer en contact avec le panais sauvage.

Qu’est-ce que le panais sauvage?

Le panais sauvage est une plante cultivée et acclimatée dans une grande partie du Canada. Elle est irritante et très prolifique. Sa propagation est rapide, comparable à l’herbe à puce. On la retrouve habituellement dans les lieux frais et humides, sur les berges, près des cours d’eau, dans les fossés, sur le bord des routes et des chemins de fer.

On reconnaît le panais sauvage à son inflorescence en ombelle jaune en été dans les champs. Sa taille varie de 50 à 150 centimètres. Pour plus de renseignements, consultez le Système canadien d’information sur les plantes toxiques au http://www.cbif.gc.ca/pls/pp/poison?p_lang=fr.

À propos de l'auteur

Vous aimerez également

1 commentaire

  1. Jofass

    J’habite dans le sud ouest et j’ai vite croisé la “pastenargue” ou panais sauvage ou pastinaca urens.
    Cette plante qui brûle la peau de façon très sournoise car cette brûlure mettra plusieurs heures à apparaître. Provoquant d’abord une démangeaison légère et si elle est exposée au soleil se transformera en démangeaisons intense (car photosensible) puis en cloque de lymphe( à surtout ne pas percer) avant de cicatriser et se transformer en marque marron.
    Je pensais qu’il n’y avait pas de remède avant de trouver une crème à base d’acide hyaluronique et des granules d’homéopathie “urtica urens”.
    Personnellement ça ne démange plus mais je continu d’appliquer cette crème car j’aimerai éviter les marques marron.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *