France Rivet-Philippon veut réaliser les projets en cours | VIVA MÉDIA Skip to main content

La conseillère sortante du siège 1 à Rivière-Beaudette, France Rivet-Philippon sollicite un nouveau mandat auprès de la population en prévision des élections municipales qui se tiendront le dimanche 7 novembre dans la municipalité du comté de Soulanges.

Élue pour la première fois en 2015 pour compléter le terme d’un conseiller qui a démissionné à la mi-mandat, Mme Rivet-Philippon a été reconduite sans opposition à son poste deux années plus tard. La conseillère veut continuer à servir ses concitoyens et concitoyennes pour faire avancer les projets en cours tels que la reconstruction du phare, emblème de Rivière-Beaudette, l’acquisition de l’école élémentaire fermée depuis 8 ans et la saine gestion des deniers publics.

«J’habite Rivière-Beaudette depuis 2008 et mon sentiment d’appartenance à la municipalité y est bien ancré », affirme la candidate au scrutin municipal. « De citoyenne assidue aux assemblées de conseil à bénévole aux activités de loisirs, j’ai choisi en 2015 de participer encore plus activement à la vie municipale en accédant au poste de conseillère », rappelle Mme Rivet-Philippon.

La conseillère estime que son engagement pour la municipalité n’a cessé de croître depuis ce temps. Mme Rivet-Philippon ajoute que ses expériences antérieures en alphabétisation auprès de travailleurs africains, en gestion d’un magazine et en communication constituent des atouts importants en lien avec les services qu’elle assure aux habitants de Rivière-Beaudette.

« Depuis mon arrivée au conseil municipal, j’ai travaillé sur plusieurs dossiers dont celui de l’achat de l’école Petit détour. A compter du 7 novembre, je continuerai à donner toutes mes énergies au profit de mes pairs », promet la conseillère au siège 1.

Mme Rivet-Philippon souhaite voir aboutir le projet d’acquisition de l’école primaire. Une offre d’achat au montant de 279 000 $ a été acceptée par la Commission scolaire des Trois-Lacs et le dossier serait entre les mains du ministre de l’Éducation du Québec.

L’établissement scolaire a été ouvert en 1966 et les locaux ont été peu occupés depuis 8 ans. «L’école a servi principalement pour le camp de jour et nous voulons maximiser son utilisation. L’endroit pourrait abriter des organismes communautaires de la municipalité », suggère la conseillère sortante.

Dans le cas de l’aménagement d’une réplique du phare, les coûts oscilleraient autour de 30 000 $. Faisant partie intégrante de l’emblème de la municipalité, le phare a été érigé en 1859 et la structure a cessé d’éclairer avec l’avènement de la Voie maritime du Saint-Laurent à la fin des années 1950. Son état de désuétude a forcé sa démolition en 2015.

France Rivet-Philippon aimerait également offrir un emplacement aux résidents qui n’ont pas accès à l’eau du lac Saint-François ou de la rivière. Elle se soucie du maintien de la taxation à un niveau acceptable par l’administration municipale.

«La vocation de la municipalité changé depuis 20 ans. Rivière-Beaudette, avec ses quelque 2900 habitants, s’est développée grâce à des projets résidentiels et la prédominance des chalets n’y est plus », évoque la conseillère municipale.

La conseillère sortante du siège 1 à Rivière-Beaudette, France Rivet-Philippon, demande l’appui de la population afin d’entreprendre un 3e mandat à la table du conseil municipal.

Laisser un commentaire

INSCRIVEZ-VOUS
À NOTRE INFOLETTRE

MERCI POUR VOTRE
ABONNEMENT!