Vœux de santé de bonheur et de paix

Le sapin de Saint-Lazare représente bien l'esprit de quiétude et les souhaits de bonheur et de santé que je souhaite offrir. (Photo Valérie Sangin)
Le sapin de Saint-Lazare représente bien l’esprit de quiétude et les souhaits de bonheur et de santé que je souhaite offrir.
(Photo Valérie Sangin)

Déjà un dernier éditorial en 2016. Ça passe vite parfois. On se retourne et c’est ça. On regarde l’année et on se dit que la prochaine sera différente. Meilleure? Pire? On ne sait pas. Mais différente, ça oui.
En tout cas, elle ne finit pas belle l’année. De nombreux actes de barbarie se sont déroulés cette semaine, pas plus tard que lundi.
À Berlin, un éberlué a foncé dans des visiteurs d’un marché de Noël. Il en a tué des dizaines grâce à son camion.
En Turquie, un agent de sécurité a tué celui qu’il devait protéger en scandant le nom de celui qui doit le protéger.
Aux États-Unis, le collège des électeurs a confirmé la victoire de Trump.
Ça ne va pas. Barbarie.
Alors, sur une note plus positive, je vais souhaiter des vœux de santé, de bonheur et de paix à vous tous et aux gens de bonne volonté.
Merci à Pierjean et Simon d’être des créateurs géniaux et des gens si généreux. Prospérité.
Merci à Luther, Alan, Patrick et Jacques de prendre soin de mon Pirate et d’en faire un joueur concentré et performant. Beau travail les coachs.
Merci à Guillaume d’encourager et de pousser ma Torpille.
Merci à toutes celles qui font de même avec ma petite Oursonne qui patine de mieux en mieux chaque fois.
Merci à l’épouse d’être ce qu’elle est. Je t’aime.
Merci à mes parents d’être ce qu’ils sont. Je vous aime. Grand-maman et le frère. Idem.
Merci à ma patronne de sa persévérance, d’avoir des idées et de nous encourager à offrir le meilleur de nous.
À mon équipe de l’information, des vœux de bonheur. Au travail, mais aussi dans la vie de tous les jours. Vous êtes précieux, ma meute de loups.
À tous mes collègues, bravo pour le travail abattu.
À Caroline, sois forte. Un grand homme veille sur toi. Il veille sur nous, assis quelque part sur une étoile plus brillante que beaucoup d’autres.
À Gilles et Odette, la santé et également… la santé. C’est ce qu’il y a de plus important. Santé!
À Jasmine, Sophie et Kathleen, bravo et du succès pour ces Fondations qui prennent soin de nos gens. Des gens d’ici qui nous tiennent à cœur.
À Richard, je touche du bois pour que tu comprennes que je parle haut et fort de toi ici et que tu puisses continuer à être une inspiration.
À Marie-Claude et Lucie, je vous encourage à poursuivre votre travail pour le bien de vos électeurs. Santé!
Peter, reste comme ça. Beau travail à Ottawa. Embrasse Paula et les enfants. Ils sont si beaux.
Anne, on ne se voit pas souvent, le territoire est vaste. Mais on sait que tu es bien présente. Bravo!
À tous les élus et aux candidats à venir, bonne chance dans la course qui battra son plein vers les élections de novembre. Jouez propre.
À Michel mon compagnon de bière, sois fort pour 2017, une année qui sera différente. Un grand manque à combler. Mais tu es un loup. T’es fort. Non, t’es pas un loup. Mais t’es fort.
À Mathieu, Nadine et Isabelle, beau travail à la Chambre. Soyons unis.
À Jasmin, le Chief, mène ta troupe vers de hauts sommets.
À tous les bénévoles qui donnent du temps pour autrui, on ne vous le dit pas assez, mais merci. La région est fière de vous. Vous êtes essentiels.
André et Frédéric, que 2017 roule pour vous. Des gens généreux.
À Mme Chantal, Mme Laurence, Mme Marie-Geneviève, Mme Danielle, Mme Isabelle, Mme Carole-Anne et toutes les autres Madames qui prennent soin de mes loups et de bien d’autres, je lève mon chapeau.
À Mme Sylvie, bonne retraite bien méritée. Profitez.
À Bruno, bonne chance à Val d’Or.
À Raymond, bon retour chez vous.
À Stéphane, bon retour également.
À vous chers lecteurs, internautes, merci de nous lire, de nous regarder chaque semaine. Nous faisons ce travail par amour, mais sachez que nous le faisons pour que vous soyez informés de ce qui se passe chez vous.
Merci à ceux qui lisent mes éditoriaux et qui prennent quelques secondes quand ils me croisent pour me dire qu’ils aiment bien ça. Sachez que je l’apprécie. Continuez à le faire. C’est une tape dans le dos que j’aime.
Merci à Rachel de me faire rire, là, là.
Merci à mes amis de comprendre que nous avons des vies occupées et qu’on ne se voit pas assez souvent.
J’oublie des gens et je m’en excuse, mais sachez que si vous lisez ceci, vous êtes salués et que je vous souhaite le plus de plaisir possible.

À propos de l'auteur

Yanick Michaud

Directeur de l'information

Vous aimerez également

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

PUBLICITÉ