Le boxeur Francis Lafrenière pourrait avoir été victime d’une erreur médicale. Diagnostiqué avec une rupture complète des ligaments en décembre, voilà que la réalité semble être une tout autre chose.

En décembre 2018, le boxeur Francis Lafrenière apprenait qu’il devait passer sous le bistouri. À la suite d’un examen par résonnances magnétiques (IRM), un radiologiste à l’Hôpital du Suroît a conclu que Lafrenière souffrait d’une déchirure complète des ligaments carpo-métacarpiens palmaires reliant la capitate à la base des deuxièmes et troisièmes métacarpes avec des légers changements dégénératifs associés.

Une erreur?

Lors de son rendez-vous préopératoire, Francis Lafrenière a avisé que la douleur avec laquelle il composait depuis déjà quelques mois avait pratiquement disparu, et ce, de façon significative. « J’attends pour passer une autre IRM. Ça semble pointer qu’il serait question d’une erreur de diagnostic, fait savoir le boxeur professionnel. Je ne me suis pas servi de ma main pendant quatre mois. Oui j’avais un trouble à la main et j’avais de la douleur. Cependant, le repos à ma main pourrait avoir porté ses fruits et il semble que le résultat que j’ai reçu en décembre ne soit pas véridique. »

Depuis peu, Lafrenière a repris l’entrainement sous la supervision de son nouvel entraineur, Stéphane Larouche. « Au début, je faisais attention à ma main, mais la douleur n’est pas revenue, confirme le propriétaire du Club de boxe Lafrenière à Saint-Clet. La situation me permet de croire que je vais pouvoir remonter dans le ring bientôt. J’aimerais que ça arrive avant l’été. J’ai vraiment hâte. J’ai un regain d’énergie comme à mes débuts en boxe. »

L’effet Larouche

Le changement d’entraineur pourrait s’avouer plus que positif pour celui qui a cumulé deux défaites à ses trois derniers combats. « Stéphan Larouche et moi apprenons à nous connaitre, confirme Francis Lafrenière. L’ambiance de travail est agréable. Il y a une possibilité que j’aille en camp d’entrainement à Porto-Rico dans les prochaines semaines. Si je suis capable d’y aller, j’aimerais vraiment le faire. »

Retour dans l’arène

Avoir Francis Lafrenière sur une carte de boxe professionnelle est un gage de succès pour les promoteurs. L’athlète de 30 ans n’a pas l’habitude de faire dans la dentelle. Dès qu’il sera complètement apte à prendre part à un combat, les propositions seront au rendez-vous. « J’ai eu une rencontre avec mon promoteur, explique le principal concerné. Il y a aussi des possibilités avec Groupe Yvon Michel pour que je prenne part à un gala. Également, j’ai reçu un appel d’un promoteur de la France qui aimerait que je boxe là-bas en juin. Une chose est certaine, c’est plaisant de savoir que j’ai encore ma place. »

Steve Sauvé

Steve Sauvé

Journaliste

Laisser un commentaire

INSCRIVEZ-VOUS
À NOTRE INFOLETTRE

MERCI POUR VOTRE
ABONNEMENT!