Ma place chez Desjardins | VIVA MÉDIA Skip to main content

Il est surprenant que Monic Sauvé* trouve le temps pour dormir dans une journée. Cette ardeur au travail est certainement l’une des clés pourquoi l’analyste-conseil en contrôle, risque et conformité est la définition même de l’expression “monter les échelons”.

Photo L’Art de Capter – Josiane Farand

Après sa technique en administration, Monic Sauvé travaille quelques années dans des cabinets d’avocats. C’est en 1995 qu’elle se joint à l’équipe de la Caisse Desjardins. La précision de sa réponse sur le moment de son entrée a de quoi surprendre. Elle répond avec assurance : « Le 25 janvier 1995. Ça fait maintenant 27 ans. » Si on avait le moindre doute sur sa rigueur, on est rapidement fixé.

Elle se remémore avec une grande exactitude comment elle est passée de caissière à analyste-conseil en 20 ans. « J’ai fait rapidement le saut comme agente de services aux membres avant de devenir conseillère en finances personnelles en 1999. J’ai par la suite occupé différents postes en administration et en appui à des gestionnaires. J’ai décroché le poste d’analyste-conseil en contrôle, risque et conformité », explique-t-elle.

Son parcours n’a toutefois pas été un long fleuve tranquille. En 2002, elle constate que le poste qu’elle venait de décrocher ne lui convenait pas. Elle poursuit : « Je préférais perdre ce poste plutôt que d’être malheureuse au travail. J’ai demandé une rétrogradation et les gestionnaires ont exaucé mon souhait. » Quand on parlait de rigueur.

Son rôle

L’analyste-conseil est sans contredit un poste méconnu, mais il profite à tous les membres de la Caisse. Monic Sauvé s’assure, d’abord, que les dossiers proposés par les conseillers de tous les centres de services de la Caisse Desjardins de Vaudreuil-Soulanges soient en ordre. Elle vérifie aussi que le service ou le produit proposé par un conseiller réponde aux besoins et au profil du membre en question. L’analyste-conseil fait le travail du chien de garde quant à la formation des nouvelles embauches.

Elle rencontre chacun des nouveaux employés pour garantir qu’ils comprennent bien les notions de conformité et qu’ils les appliquent au quotidien. Ce poste relève directement du Mouvement Desjardins. Chaque Caisse a son analyste-conseil.

La dynamique femme ne craint pas le travail, mais force a été d’admettre que la charge de travail était devenue trop lourde pour elle. Pour cause, le membership de la Caisse Desjardins de Vaudreuil-Soulanges ne cesse de croître et, avec lui, l’équipe de conseiller.

« J’ai présenté à la direction une analyse. Ç’a été pris en compte. En avril dernier, une ressource a été embauchée pour m’épauler », témoigne Monic Sauvé.

Toujours plus

Malgré ses presque trois décennies parmi l’équipe du Mouvement Desjardins, l’analyste-conseil demeure toujours surprise de voir à quel point son employeur mise sur l’innovation. Cet engagement commence auprès des employés, selon elle. Elle poursuit : « En 1999, j’ai obtenu un certificat universitaire en planification financière. C’est Desjardins qui a déboursé ma formation. Cette qualification faisait partie des critères d’embauche pour le poste d’analyste-conseil en 2015. Comme travailleur, avoir la possibilité d’être formé, même après l’embauche, c’est intéressant. »

Pour elle, la rapidité de l’adaptation aux nouveaux paradigmes imposés par la pandémie de COVID-19 est une autre preuve de cette recherche à l’innovation dans un angle organisationnel.

Pour les plus dubitatifs du plaisir qu’éprouve Monic Sauvé au sein du Mouvement Desjardins, soulignons qu’elle a convaincu son filleul de faire le saut. Voilà qui est dit.

*Monic Sauvé est aussi représentante en épargne collective pour Desjardins Cabinet de services financiers inc.

Texte écrit par Christopher Chartier-Jacques
VIVA média

Entreprise de presse et de communication

Laisser un commentaire

INSCRIVEZ-VOUS
À NOTRE INFOLETTRE

MERCI POUR VOTRE
ABONNEMENT!