La Fédération des chambres de commerce du Québec (FCCQ) et la Chambre de commerce et d’industrie de Vaudreuil-Soulanges (CCIVS) se disent préoccupées par ce retour en arrière pour certains secteurs économiques d’importance au Québec. Elles comprennent néanmoins l’importance de mettre en œuvre des mesures pour contrer les impacts de la COVID-19, mais insistent sur la nécessité de préciser les mesures d’aide qui seront déployées rapidement.

Crédit photo : Chambre de commerce et d’industrie de Vaudreuil-Soulanges

La fédération et la CCIVS se réjouissent quand même de la décision de Québec de maintenir les opérations pour plusieurs secteurs d’activités qui continueront d’appliquer les meilleures pratiques sanitaires.

 

« Bien que l’on comprenne l’importance de ces mesures, c’est malheureux de devoir revenir en arrière dans ces régions, explique Charles Milliard, président directeur général de la FCCQ. Les entreprises ont déjà passablement souffert pendant les derniers mois. »

 

M. Millard raconte aussi que de nombreux propriétaires d’entreprises et leurs employés ont traversé des périodes difficiles. Avec de nombreux sacrifices qui s’en viennent pour ceux-ci, le directeur général souhaite que les mesures d’aide qui seront annoncées prochainement puissent faire une différence pour les entreprises.

 

La FCCQ et la CCIVS souhaitent que le gouvernement donne suite rapidement aux propos du premier ministre indiquant qu’une compensation soit envisagée pour les secteurs touchés.

 

« Depuis plusieurs mois maintenant, les entreprises de la région de Vaudreuil-Soulanges ont investi considérablement pour respecter les nouvelles normes sanitaires, précise Pierjean Savard, président de la CCIVS. Bien que nécessaires, les annonces faites par le gouvernement du Québec pourraient mettre à mal de nombreux secteurs. C’est pourquoi nous demandons au gouvernement des aides directes pour soutenir nos entreprises ».

 

 

Éviter des zones rouges dans les autres régions

 

Le président de la fédération croit que les citoyens ont une responsabilité collective de limiter les effets négatifs de la pandémie. Du même coup, la chambre croit que ces efforts supplémentaires ne doivent pas trop freiner la petite reprise économique des entreprises depuis le déconfinement.

 

« Nos entrepreneurs ont déjà fait preuve d’une grande résilience et il est important de maintenir l’accompagnement nécessaire », conclut Charles Milliard. »

Laisser un commentaire