Santé

Les anges gardiens seraient mal protégés

Alors que la transmission communautaire de la COVID-19 se confirme, la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN) demande que tout soit fait pour protéger le personnel qui œuvre en santé et services sociaux et dans les services de garde éducatifs.

Le président de la FSSS-CSN, Jeff Begley indique que les travailleuses et travailleurs du réseau de la santé et des services sociaux sont au front pour aider à traverser cette crise et qu’ils doivent rapidement sentir que les mesures de prévention sont déployées.

« C’est la même chose pour celles qui œuvrent dans les services de garde et qui donnent tout un coup de main au personnel des services essentiels. Leur santé et sécurité doit être une priorité si on veut réussir à faire face à la COVID-19 », explique Jeff Begley.

Les employeurs doivent respecter les directives de la santé publique

Selon le président de la FSSS-CSN, des employeurs ne mettent actuellement pas tout en œuvre pour appliquer les directives de la santé publique, lesquelles doivent par ailleurs être renforcées, vu la multiplication des cas et la montée de la transmission communautaire.

« Ces décisions mettent à risque le personnel et la population, mentionne M. Begley. Un manque de communication est un des problèmes les plus mentionnés dans les établissements. Un autre problème est au niveau des fit test. Ceux-ci doivent être faits dans les règles de l’art pour bien protéger le personnel. La FSSS-CSN demande de plus qu’on s’assure d’avoir des tests et des équipements en nombre suffisant pour le personnel du réseau pour toute la durée de la crise. »

Pour parvenir à bien informer le personnel et à rapidement ajuster le tir au besoin, la centrale syndicale invite les employeurs à mettre les syndicats locaux de la FSSS-CSN dans le coup pour agir en prévention.

Protéger le personnel à risque

« Dans les derniers jours, nous avons fait des interventions à plusieurs niveaux, aussi bien auprès du gouvernement que de la CNESST et de la santé publique. Il faut protéger les travailleuses et travailleurs ayant des maladies chroniques, étant immunosupprimés ou ayant 70 ans et plus. Ces personnes doivent être placées en isolement du travail, sans perte de traitement. La priorité doit être de protéger ces personnes pour assurer aussi bien leur sécurité que celle de l’ensemble de la population et actuellement, on joue avec la vie de ces gens », explique Judith Huot, vice-présidente de la FSSS-CSN.

Des mesures pour les travailleuses enceintes

La FSSS-CSN est aussi préoccupée pour les travailleuses enceintes. Les femmes enceintes devraient immédiatement être retirées du travail selon les dirigeants syndicaux.

Une obligation de diligence raisonnable

La FSSS-CSN rappelle aux employeurs, tant dans les services de garde que dans le réseau de la santé et des services sociaux, que ce soit dans les établissements publics ou privés, qu’ils doivent faire preuve de diligence raisonnable en prenant toutes les précautions requises pour prévenir les accidents et protéger la santé et la sécurité des travail¬leurs.

« Un établissement de santé en période de pandémie, ce n’est pas un environnement sécuritaire pour une femme enceinte ni pour une personne à risque », conclut Jeff Begley.

Steve Sauvé

Steve Sauvé

Journaliste

Laisser un commentaire