Un processus apparemment interminable | VIVA MÉDIA Skip to main content

Hôpital régional de Vaudreuil-Soulanges

Quelques semaines après l’annonce de la MRC de Vaudreuil-Soulanges au sujet de la mésentente concernant le choix du site qui accueillera l’hôpital régional de Vaudreuil-Soulanges, le maire de Vaudreuil-Dorion, Guy Pilon, commente la situation. Selon lui, l’échéancier de 2018 est menacé.

Guy Pilon souligne que c’est le gouvernement du Québec qui contrôle les cordons de la bourse et que, en ce sens, le dernier mot lui revient quant à l’hôpital régional de Vaudreuil-Soulanges.

Selon ce qui a été permis d’apprendre, bien que la MRC de Vaudreuil-Soulanges et le ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) ne s’entendent pas sur le site définitif, les deux organismes ont affirmé que la nouvelle infrastructure s’établira sur le territoire de Vaudreuil-Dorion, la plus importante municipalité de la région.

Puis, il a été précisé que les acteurs locaux demeureraient en contact avec les décideurs gouvernementaux afin de continuer à discuter des possibilités et des solutions de rechange quant à l’emplacement du centre hospitalier.

« Dernièrement, un groupe de fonctionnaires du MSSS a rencontré les acteurs locaux. Ils en sont à analyser plusieurs sites selon des critères ministériels comme la sécurité publique, l’accessibilité ou encore les retombées environnementales, précise Manon Bernard, directrice générale de la Ville. Actuellement, ce sont 12 ministères qui sont engagés dans le processus. »

Pour sa part, le maire Guy Pilon s’inquiète des répercussions de cet échéancier reporté. « Nous voulions minimalement que le terrain soit choisi afin de pouvoir amorcer les phases techniques des travaux comme les expropriations, le cas échéant, et les évaluations, explique l’élu. Il ne faut pas oublier que, préférablement, le terrain choisi devra être assez grand pour abriter des installations connexes comme des CHSLD ou des cliniques. En fin de compte, c’est le ministre Réjean Hébert qui prendra la décision, mais l’échéancier de 2018 est de moins en moins probable. »

En attendant l’hôpital

Lors de sa visite dans la région, en mars dernier, le ministre Hébert avait donné le feu vert au CSSS de Vaudreuil-Soulanges pour construire un centre ambulatoire pour les soins de premières lignes.

« Le centre ambulatoire sera une bonne transition avant l’arrivée de l’hôpital, reconnaît Guy Pilon. Ça va régler plusieurs des soins de première ligne qui ne seront pas transférés dans les cliniques, ou encore, à terme, à l’hôpital régional. C’est une bonne étape dans le processus. »

Laisser un commentaire

INSCRIVEZ-VOUS
À NOTRE INFOLETTRE

MERCI POUR VOTRE
ABONNEMENT!