Bien que la majorité des inconforts soit due à un ajustement inadéquat de la selle, des cale-pieds ou des souliers, reste que plusieurs douleurs peuvent survenir malgré un équipement adéquat. Ces douleurs sont souvent causées par des blessures de surutilisation, il ne faut pas oublier qu’en moyenne une personne pédale 90 à 100 fois par minute ou RPM, ce qui fait entre 5400 et 6000 coups de pédale à l’heure. Une légère déviation peut vite venir perturber votre biomécanique et limiter votre plaisir à pratiquer votre sport favori. Avez-vous déjà ressenti une douleur à la rotule ou eu les mains engourdies lorsque vous faites du vélo? Si oui, vous n’êtes certainement pas seul! Ces deux problèmes arrivent fréquemment aux cyclistes et voici pourquoi.

Douleur à la rotule

D’abord, vous devez vous assurer que votre siège n’est pas trop bas ou trop avancé. Rappelez-vous, le genou effectue des mouvements dans tous les plans soit flexion, extension, rotation interne et externe et des inclinaisons appelées varus et valgus. Observez les gens marcher et vous allez constater que les gens marchent avec les pieds en canard ou bien les genoux vers l’intérieur. Ce ne sont que des exemples, mais ce sont les mêmes facteurs biomécaniques qui se retrouvent lorsque vous pédalez. Il se peut que votre genou souffre particulièrement durant les longs parcours, ce n’est pas étonnant, il ne suffit que de quelques degrés pour créer une friction inadéquate au niveau de la rotule et du fémur.

Vincent Proulx

Engourdissement à la main ou aux doigts

Ensuite, un engourdissement à la main ou aux doigts peut survenir au niveau du tunnel carpien, le nerf médian est le nerf le plus souvent comprimé. Il subit des microtraumatismes en lien avec les vibrations induites par les surfaces que vous utilisez ou encore lorsque vous absorbez les chutes en vélo de montagne. Par ailleurs, il peut s’agir de ce qu’on appelle un double crush syndrom. Dans le cas du nerf médian, il peut être gêné au niveau de son émergence, soit au niveau des vertèbres cervicales et thoraciques (C5 à D1). Le muscle scalène, le petit pectoral, l’espace entre la première côte et la clavicule, sont aussi des éléments qui peuvent être impliqués. Une mauvaise respiration à l’effort peut perturber ces structures et produire des engourdissements. Un conseil de base consiste à garder le poignet dans l’axe, mais il demeure que le problème peut être plus global.

Pour toutes questions concernant les blessures liées au cyclisme contacté Vincent Proulx kinésiologue-Ostéopathe

Vincent Proulx
Collaborateur spécial Centre Multisports

VIVA média

VIVA média

Entreprise de presse et de communication

Laisser un commentaire