Mis à l’amende pour un montant de 600 $ avec comme motif qu’il entravait la circulation, Pierre Chiasson, de Saint-Zotique, vient de voir le juge Gilles Chaloux annuler la contravention émise.

Le juge Gilles Chaloux a annulé la contravention de Pierre Chiasson. (Photothèque)

En date du 19 juin 2019, une plainte avait été déposée à la Sûreté du Québec puisque Pierre Chiasson exécutait des travaux d’asphaltage sur la route 338 à proximité de la 65e avenue. En fait, l’homme qui est également conseiller municipal à la municipalité de Saint-Zotique exécutait le remplissage de fissures sur la chaussée. Il a été démontré devant la Cour que M. Chiasson remplissait à ses frais les fissures puisqu’il qualifiait celles-ci de dangereuses pour la sécurité des citoyens du secteur. D’ailleurs, Pierre Chiasson a décidé de procéder lui-même au remplissage puisque le ministère des Transports tardait à le faire.

Pour son geste que certains pourraient qualifier de salutaire, Pierre Chiasson a reçu un constant d’infraction de 600 $. Plutôt que de payer l’amende, M. Chiasson a opté pour aller expliquer son point devant le juge. Pour se faire, il a retenu les services de Me Martin Parisé.

Comparution

Devant le juge, M. Chiasson a expliqué qu’il était sur la rue Principale (route 338) pour remplir une fissure. Qu’il a agi ainsi dans le souci de la qualité de vie des citoyens et qu’une automobile dans laquelle prenait place un autre conseiller municipal est passé à proximité. Son occupant, Jean-Pierre Daoust, a appelé la Sûreté du Québec pour les aviser de la situation.

Le juge Gilles Chaloux a rendu sa décision en faveur de Pierre Chiasson et il a annulé le constat d’infraction sur-le-champ, soit le mercredi 30 septembre dernier.

Contacté par VIVA-MÉDIA, Jean-Pierre Daoust prétend avoir avisé les policiers dans le but de se protéger uniquement. Fait à souligner, Jean-Pierre Daoust a, en mars 2019, plaidé coupable à une accusation de voies de fait sur Pierre Chiasson, relativement à un événement survenu en septembre 2018 à l’hôtel de ville de Saint-Zotique. Le 13 mars 2019, à la suite du plaidoyer de culpabilité, la juge Marie-Chantal Doucet a prononcé une absolution inconditionnelle envers M. Daoust.

« J’ai passé proche de lui avec ma voiture donc j’avais peur qu’il dise que j’ai tenté de lui foncer dessus. De plus il n’avait pas de dossard et il mettait de l’asphalte froide. Ça aurait pu être dangereux », dit M. Daoust avant d’ajouter que ce sont les policiers qui ont donné le constat d’infraction et non la Municipalité de Saint-Zotique.

Notons finalement que la rue Principale à Saint-Zotique est une route numérotée. Par conséquent, elle est sous la juridiction du ministère des Transports et que son entretien n’est pas du ressort de la municipalité.

Steve Sauvé

Steve Sauvé

Journaliste

Laisser un commentaire