Yvon Marcoux quitte la vie politique | VIVA MÉDIA Skip to main content

Pas de sixième mandat pour le député de Vaudreuil

Figure incontournable depuis près de 16 ans dans la région, le député de Vaudreuil, Yvon Marcoux, ne sollicitera pas à nouveau la confiance des électeurs.

« Je vais toujours garder les résidents de la circonscription dans mon cœur », confie en conférence de presse Yvon Marcoux, étranglé par l’émotion. « C’est un deuil. »

Sa décision est le fruit d’une longue réflexion à laquelle le chef du Parti libéral du Québec (PLQ), Philippe Couillard, a été confronté jeudi dernier. « Je ne crois pas que je pourrais compléter un plein mandat de quatre ans de façon adéquate. Être député ne se fait pas à temps partiel. À l’aube de mes 73 ans, je ressens maintenant le besoin de passer plus de temps avec mon épouse, mes enfants et mes petits-enfants », explique celui qui continuera d’occuper ses fonctions jusqu’à la journée du scrutin des prochaines élections.

Succéder à un premier ministre

Yvon Marcoux est élu pour la première fois dans la circonscription de Vaudreuil le 30 novembre 1998, obtenant 51,9 % des voix. Il succède ainsi à l’ancien premier ministre libéral Daniel Johnson, pour se retrouver dans l’opposition officielle.

En 2003, il est élu une deuxième fois, au sein toutefois du parti majoritaire à l’Assemblée nationale. Pressenti pour obtenir un portefeuille dans un secteur financier, ce sont finalement les transports que le chef du PLQ à l’époque, Jean Charest, décide de lui confier. Il devient alors chef de file dans le dossier du parachèvement de l’autoroute 30. Il disait : « J’ai toujours soutenu que l’autoroute 30 constitue un levier essentiel au développement économique non seulement pour notre région, mais aussi de la grande région de Montréal. »

En 2005, lors d’un remaniement ministériel majeur où 70 % des ministres perdent leur poste, Yvon Marcoux conserve la confiance de Jean Charest. Il se voit nommé ministre de la Justice. Avocat de formation, le député de Vaudreuil semble tout désigné pour cette fonction.

Il est réélu en 2007, en 2008 puis en 2012, toujours avec une forte majorité.

Au terme de ses 16 ans comme député, Yvon Marcoux rappelle quelques-uns des projets qu’il a réalisés en collaboration avec divers intervenants : le nouveau poste de la Sûreté du Québec, l’autoroute 30, l’élargissement du pont Galipeault, le Centre Multisports, la remise en état de la maison Félix-Leclerc et la construction du centre ambulatoire du CSSS de Vaudreuil-Soulanges.

Reconnaissance et succession

Yvon Marcoux souligne que sa longévité en politique s’explique par les gens qui l’entourent. « J’ai été choyé dans Vaudreuil de pouvoir compter sur des intervenants, des collaborateurs et des bénévoles généreux et engagés. J’ai la meilleure équipe », déclare-t-il sans ambages.

Reconnaissant, il tient à souligner le travail de sa collègue du PLQ dans Soulanges, Lucie Charlebois. Selon lui, leur complicité est une force pour la progression des différents dossiers régionaux. Il se dit en outre reconnaissant envers ses chefs, Jean Charest et Philippe Couillard, pour leur confiance au cours de toutes ces années.

L’identité du prochain candidat du parti dans la circonscription demeure inconnue. Toutefois, le comité exécutif du PLQ de Vaudreuil se réunira prochainement pour prendre une décision quant à la succession d’Yvon Marcoux.

« J’appuierai le nouveau candidat sans réserve et je serai à son entière disposition pour répondre à ses questions. D’ici la journée des prochaines élections, je demeure député de Vaudreuil », précise l’élu.

À son avis, son départ n’implique pas une défaite du PLQ dans Vaudreuil lors du prochain scrutin. « Nous obtiendrons l’appui de la population. Le PLQ est le mieux placé pour le progrès et l’avenir du Québec », conclut Yvon Marcoux.

Laisser un commentaire

INSCRIVEZ-VOUS
À NOTRE INFOLETTRE

MERCI POUR VOTRE
ABONNEMENT!