Jamie Nicholls est le seul maire de la région à diriger une ville à majorité anglophone, Hudson. Il s’est entretenu avec notre journaliste sur les spécificités de sa ville et les défis pour l’avenir.

M. Nicholls a été élu à la mairie d’Hudson en 2017, après un passage en politique fédérale. Il a tout mis de côté afin de se concentrer sur sa ville qui en avait vraiment besoin. Hudson a été sous les feux des projecteurs en 2013 lorsque son ancienne directrice générale a commis de la fraude et mis la Ville dans un piètre état.

« Je n’ai pas réussi à mettre en application 25 % de mes promesses électorales, car j’ai dû réparer les pots cassés et remettre Hudson sur le droit chemin, lance le maire Nicholls. C’est pour cela que je me présente de nouveau en novembre afin de terminer mon travail et montrer ce que je peux accomplir de plus. »

Crédit photo : Jamie Nicholls

Une communauté anglophone à part

À première vue, on pourrait dire qu’Hudson est un prolongement ou une extension de l’Ouest-de-l’Île de Montréal, car les deux endroits ont une population majoritairement d’anglophones et sont sensiblement dans la même région. Jamie Nicholls souligne que ce n’est pas le cas et qu’il faut arrêter de comparer les deux.

Il indique que la communauté d’Hudson a été fondée dans les années 1830 par de grandes familles britanniques venues coloniser le Québec à la suite de la guerre de 1812-1814. Hudson est une ville qui est riche en histoire et qui mérite d’être entendue, selon M. Nicholls.

« Nous sommes la seule Ville de Vaudreuil-Soulanges à avoir plus de 50 % de notre population qui a comme langue maternelle l’anglais, mentionne-t-il. Nous sommes à 72 % d’anglophones et de 28 % de francophones. Hudson peut prospérer comme ville anglophone grâce aux lois du Québec. »

Il explique que les séances du conseil municipal sont faites en anglais, mais qu’elles sont traduites par la greffière en français. Jamie Nicholls est fier de pouvoir mettre de l’avant le fait anglais dans sa ville.

 

Une artère centrale dans le développement d’Hudson

La rue Maine est le cœur de la ville, selon le maire Nicholls. Il souhaite de tout cœur pouvoir protéger cet endroit unique qui constitue un îlot villageois.

« Je souhaite que Maine road reste une artère commerciale le plus possible, lance le premier magistrat. Les gens sont contents d’avoir des commerces de proximité et c’est ce que je m’efforce de conserver. »

Au coin des rues Maine et Cameron, un édifice de trois étages est en construction. Le maire Nicholls a négocié avec les propriétaires de l’immeuble afin de permettre l’usage commercial au premier étage.

« Il y a aussi une belle vitalité sur la rue, affirme-t-il. Les commerces se succèdent et c’est beau à voir. Par exemple, l’ancien garage Pierre a été remplacé par la microbrasserie Cardinal. Celle-ci a utilisé le bâtiment d’origine et cela donne un super look au commerce. »

Des travaux de réfection des trottoirs et d’asphaltage seront faits cet été afin de mettre en valeur le cachet de la rue principale.

 

Mesures de relance

Avec la vaccination qui s’accélère, le maire voit les commerces s’activer afin d’être prêts pour la relance. Il mentionne que les restaurateurs du coin ont créé la Hudson hospitality organisation. Cette organisation vient en aide au restaurateur et fait des représentations à la Ville afin d’accommoder tout le monde.

« Avec l’appui du conseil, j’ai accepté qu’il y ait des terrasses dans la rue encore cet été pour accommoder les restaurateurs. Nous travaillons tous pour relancer notre économie locale. »

Laisser un commentaire