Dans quelques jours, l’élection fédérale 2019 sera chose du passé. Qui en sortira grand gagnant? Une chose est certaine, les pronostics sur le fait que le Canada sera dirigé par un gouvernement minoritaire, prennent de plus en plus de place.

(Photo Nicola Di Narzo)

Deux scénarios semblent se dessiner. Dans chacun d’eux, le gouvernement élu sera loin de la majorité. Selon les pronostics, les deux partis qui peuvent aspirer aux grands honneurs sont le parti Libéral du Canada et parti Conservateur du Canada. Ce sont les électeurs, qui, une fois dans l’isoloir, auront le dernier mot.

Si le Parti libéral du Canada et le Parti conservateur sont visiblement au coude à coude, il ne faut pas passer sous silence le Bloc québécois et le Nouveau parti démocratique (NPD). Pour ce qui est du Bloc québécois, même si ce parti semblait être sous le point d’être relégué aux oubliettes il y a à peine deux ans, le vent semble avoir changé de côté. Le chef bloquiste Yves-François Blanchet ne cache d’ailleurs pas son optimisme puisque les sondages tentent de démontrer que sa formation politique peut espérer avoir plus de 35 députés le 21 octobre prochain.

NPD

Vraisemblablement, la bonne prestation du chef néo-démocrate Jagmeet Singh lors des débats télévisés semble avoir porté ses fruits. Véritable négligé lors du déclenchement de l’élection fédérale, le NPD a fait une remontée significative dans les derniers sondages.

Vote par anticipation

Un des barèmes qui indiquent l’intérêt de la population pour l’élection est le taux de participation lors des journées de vote par anticipation.
Pour Vaudreuil-Soulanges, Louise Lauzon, directrice du scrutin, mentionne une augmentation considérable du taux de participation pour les journées du vote par anticipation. « Je peux dire sans me tromper que plus de 20 % des électeurs ont voté, précise Mme Lauzon. Nous avions 13 bureaux de vote pour un total de 23 pôles. L’achalandage a été supérieur à 2015. »
Situation similaire dans Salaberry-Suroît alors que le taux de participation frôle le 22 %. Donc, dans cette circonscription, plus de 20 000 électeurs se sont prévalus de leur droit de vote.

Vaudreuil-Soulanges

La circonscription de Vaudreuil-Soulanges peut être considérée comme un château fort du parti Libéral du Canada. En fait, depuis 1917, la circonscription a pratiquement toujours eu à sa tête un député libéral. Cependant, il ne faut pas passer sous silence le fait que dans les 15 dernières années, Vaudreuil-Soulanges a fait élire une députée du Bloc québécois, Méli Faille, de 2004 à 2011 et un député néodémocrate, Jamie Nichols de 2011 à 2015.

Salaberry-Suroît

La circonscription de Beauharnois—Salaberry a été créée en 1952, mais était auparavant connue sous le nom de Beauharnois. Lors du découpage de la carte électorale en 2013, la circonscription est totalement remodelée et renommée Salaberry. Le redécoupage est rendu nécessaire en raison de la forte croissance démographique enregistrée dans la péninsule de Vaudreuil-Soulanges.

Si des surprises peuvent survenir lors d’une élection, une chose est toutefois officielle. Cette circonscription aura assurément un nouveau député. La députée sortante, Anne Minh-Thu Quach (NPD), a annoncé son retrait de la vie politique.

Steve Sauvé

Steve Sauvé

Journaliste

Laisser un commentaire

INSCRIVEZ-VOUS
À NOTRE INFOLETTRE

MERCI POUR VOTRE
ABONNEMENT!