Des organismes en manque d’amour | VIVA MÉDIA Skip to main content

Si février est le mois de l’amour, il est plutôt une période de frustration, d’insécurité et de cœurs blessés pour nous.

Notre demande de subvention au Programme de soutien aux organismes communautaires vient tout juste d’être envoyée. Ce programme s’adresse aux organismes communautaires dont la mission est d’œuvrer prioritairement en santé et services sociaux. Nous recevons habituellement un montant d’argent annuellement pour nous aider à accomplir notre mission. Mais nous sommes toujours sur la corde raide.

Cette année, notre cœur bat plus fort d’incertitude. Dans notre formulaire, nous avons osé demander un rehaussement reflétant la réalité et nous permettant de pallier le manque à gagner des dernières années. Nos souhaits seront-ils entendus? Pourrons-nous travailler l’esprit en paix pendant les douze prochains mois ou devrons-nous frapper à toutes les portes pour assurer le maintien de nos services comme nous le faisons depuis deux ans?

La COVID a enlaidi le portrait. Notre équipe est fatiguée. Deux ans de pandémie ça use. Se réinventer, revoir son autofinancement, mettre les bouchées doubles, rester présent pour les personnes vulnérables, adapter l’environnement de travail, encaisser les départs d’employés… C’est lourd à la longue. Ça prend un peu de reconnaissance de la part du Gouvernement pour continuer à garder la tête haute et le cœur ouvert.

Cela fait si longtemps que le Gouvernement fait la sourde oreille sur les besoins du communautaire. Le prochain dépôt du budget est l’occasion pour les organismes à travers la province de faire entendre leur grand besoin d’amour, de considération et d’écoute. Du 21 au 24 février, les organismes québécois, comme nous, multiplieront les actions et les grèves afin que le Gouvernement s’engage dans la relation et démontre son amour pour les organismes qui constituent un maillon essentiel du filet social.

Les 4000 organismes d’action communautaire autonome ont besoin de 460 millions de dollars de plus, par année, pour financer adéquatement la réalisation de leur mission. Le coût de la vie augmente et, comme le reste de la population, nous sommes confrontés à la hausse de nos dépenses. Il serait plus que normal que notre financement suive une courbe ascendante semblable afin de nous puissions jouer librement et pleinement notre rôle dans le développement social et économique du Québec.

Le temps est venu pour le premier ministre, François Legault, le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, et le ministre délégué à la Santé et aux Services sociaux, Lionel Carmant, d’arrêter les fausses promesses. Engagez-vous pleinement envers les organismes communautaires!

Céline Moreau
Directrice générale

Cette lettre ouverte de L’Actuel s’inscrit dans les actions massives des organismes communautaires autonomes sous la bannière de la grande campagne nationale de mobilisation « Engagez-vous pour le communautaire ». Concrètement, les organismes réclament au gouvernement qu’il soutienne adéquatement l’action communautaire autonome par l’augmentation de son financement et le respect de son autonomie, tout en réalisant la justice sociale, notamment en réinvestissant massivement dans les services publics et les programmes sociaux.

Steve Sauvé

Journaliste

Laisser un commentaire

INSCRIVEZ-VOUS
À NOTRE INFOLETTRE

MERCI POUR VOTRE
ABONNEMENT!