Aujourd’hui, le 8 mars est la journée internationale de la femme. Une journée importante pour la gente féminine, pour sa cause, pour son respect, pour son honneur.

Je n’oserais pas me classer parmi les blagueurs machistes qui aiment dénigrer les femmes à coup de farces plates, mais je confesse parfois rire de certaines de ces dernières lorsqu’elles apparaissent dans des cercles d’amis ou même au travail. En fait, j’en ris coupablement puisque je sais que quelque part ces blagues ne devraient même pas exister, comme d’ailleurs celles sur les gens porteurs de handicaps, ceux avec des déficiences intellectuelles ou même contre les homosexuels. En fait, nous ne devrions jamais nous moquer indûment des gens si cela peut leur créer un préjudice!

Quel est le lien avec ma dernière affirmation et la cause féminine? Et bien, les femmes n’ont pas encore tout gagné, elles ont trop longtemps été considérées comme de simples ménagères, incapables de plus, quand nous savons bien qu’elles étaient celles qui géraient la demeure familiale avec sagesse et force inégalée. En d’autres mots, leur statut social a bien évolué, mais les blagues qui circulent sur Facebook comme les commentaires que nous entendons bien souvent dans des cercles de filles comme de gars relèvent bien plus souvent du fémachisme et du machisme que de la défense réelle de la cause féminine.

Nous nous confondons souvent dans les défenses des causes… nous avons les bonnes intentions, mais perdons parfois le nord de nos idées. Le réel problème n’est pas de comparer ce que peut faire l’homme ou la femme, que ce soit physiquement ou mentalement! Non! Arrêtez-moi ça! L’enjeu réel est dans la considération de la dignité et dans l’égalité des droits. Que ce soit l’équité salariale, comme l’accessibilité à l’emploi… peu importe! Il ne faut pas se faire la guerre des « capables », mais la guerre du respect! Oui, le respect de la dignité et de la différence!

Nous sommes tous différents à la base, créés ainsi ou évolués ainsi, croyez ce que vous voulez, mais personne n’est identique. Nous avons des habiletés différentes, des mentalités différentes, des façons de penser différentes, des réactions différentes et cela est d’autant plus vrai entre les femmes et les hommes. Ces différences ne doivent pas être anéanties, elles doivent être valorisées.

Nous sommes à une époque où les recettes à succès ont la cote. Ces recettes ont un grand défaut, elles prônent l’uniformité… elles montrent un chemin bien tracé, unique, puisqu’elles définissent un type particulier de succès comme le résultat. Le succès est un autre débat! Quel est vraiment le succès? Bon, OK!, J’arrête sur ce sujet… je ne veux pas vous perdre. Il reste que ces types de mentalités engendrent et mettent l’emphase sur une uniformité secrètement recherchée. Nous ne pourrons jamais tous être pareils! Nous n’aurons jamais les mêmes habiletés! Nos chemins pour nous rendre au sommet seront tout aussi différents que notre façon de les emprunter, mais l’important c’est d’arriver ensemble au sommet.

Voilà… c’est donc l’unité… non pas l’uniformité! C’est donc pas question d’égaliser et de platifier l’espèce humaine en éliminant les catégories et en créant des êtres identiques, mais plutôt d’en arriver à nous enrichir et à nous complémenter par nos différences.

Alors chères femmes, je vous admire! J’admire votre différence et votre unicité. J’admire vos délicatesses et votre force de résistance inégalée, j’admire votre résilience et votre sensibilité… En fait, je vous admire parce qu’à force de vous côtoyer, dans la société comme dans mon milieu de travail, vous faites de moi une personne plus complète. En fait, j’apprends de vous ce que veut dire être un homme.

Ne changez surtout pas! Vous êtes une richesse pour notre monde. Votre unicité vous embellit!   

Nicola Di Narzo

Nicola Di Narzo

Journaliste

Laisser un commentaire

Publicité
PUBLICITÉ

INSCRIVEZ-VOUS
À NOTRE INFOLETTRE

MERCI POUR VOTRE
ABONNEMENT!