Le ministre Jean-François Roberge a indiqué, via les réseaux sociaux, que le port du masque n’était plus obligatoire en zone orange dans les classes, et ce, jusqu’à la fin de l’année scolaire.

EBSF

Photothèque

Une canicule frappe le sud du Québec depuis le début de la semaine et ces chaleurs extrêmes ont causé beaucoup d’inconforts aux jeunes étudiants dans les écoles. En effet, les élèves devaient continuer à porter un masque dans des classes mal ventilées pour la plupart. C’est dans ces circonstances que la Santé publique est intervenue.

 

Julie, une maman d’une petite fille de 9 ans était inquiète pour sa fille à cause de la canicule.

« Lundi, je n’ai pas envoyé ma fille à l’école, explique-t-elle. Je n’ai rien contre les mesures sanitaires, mais ma fille a des troubles de comportement et je sais que son seuil de tolérance allait être atteint avec cette chaleur extrême. »

 

Elle renchérit en mentionnant que si rien n’avait été fait de la part du gouvernement, elle aurait gradée sa fille avec elle à chaque jour de grande chaleur.

« Quand j’ai dit à ma fille qu’elle pouvait aller à l’école parce ce que le masque n’était plus obligatoire en classe, elle a sauté de joie, lance la mère. J’ai vu dans ses yeux un soulagement et je sais qu’elle est contente d’y retourner. »

 

C’est via Twitter que le ministre Roberge a indiqué la mesure est entrée en vigueur le 8 juin au matin.

« Je sais que ça a été difficile aujourd’hui dans nos classes. En raison de la chaleur extrême, en plus de permettre les ventilateurs et climatiseurs, la Santé publique autorisera, dès demain et jusqu’à la fin de l’année, les élèves à retirer leur masque lorsqu’ils sont en classe. »

Laisser un commentaire