L’annonce conjointe du gouvernement fédéral et provincial pour le branchement de l’Internet haute vitesse a été bien accueillie dans le monde municipal. Cependant, depuis la sortie de la carte explicative de la couverture haute vitesse dans le dernier budget du gouvernement Legault, des questions sont soulevées par plusieurs.

Photothèque

Patrick Bousez, maire de Rivière-Beaudette et préfet de la MRC de Vaudreuil-Soulanges, ne comprend pas la carte qu’il a devant les yeux. Selon celle-ci, en 2022, 95 % de sa MRC devrait être branché à la haute vitesse. Ce chiffre peut sembler élevé, mais il s’agit du même pourcentage qu’à l’heure actuelle.

« C’est aberrant comme situation, lance le maire Bousez. Nous sommes à 45 minutes du centre-ville de Montréal et nous n’avons même pas la certitude que nous serons branchés l’année prochaine. Plus de 2000 maisons ne sont pas reliées à la haute vitesse dans Vaudreuil-Soulanges. C’est une situation inacceptable. »

Avant de montrer aux barricades, le préfet attend la confirmation des contacts de branchement et les détails de l’entente.

« C’est absurde, lance-t-il. Les maisons d’un quartier à Rivière-Beaudette sont à un kilomètre de la fibre optique et ne sont toujours pas reliées. Il y a longtemps eu une guerre des poteaux entre les fournisseurs internet et Hydro-Québec. Il y a eu un manque de volonté des compagnies à raccorder les maisons depuis longtemps et j’espère que ça va changer. »

 

Le fédéral suit le dossier de près

Interrogée sur le dévoilement de la carte de couverture internet, Claude DeBellefeuille se réjouit qu’une partie de sa circonscription dans le Haut-Saint-Laurent soit couverte à 99 %. Cependant, elle ne comprend pas l’inaction de Québec dans Soulanges.

« Je connais très bien les problèmes d’internet, souligne la députée. J’habite dans une zone sans Internet haute vitesse et cela cause des maux de tête à mon équipe et moi-même. Tout le monde devrait être relié dans nos deux régions. »

Elle souligne quand même le geste du gouvernement fédéral de donner les moyens au Québec de s’occuper de sa propre couverture internet.

« Il y a beaucoup d’hypothèses qui peuvent être émises en ce qui a trait à la couverture internet dans Soulanges, mais nous devons attendre les confirmations des contrats, lance Mme DeBellefeuille. J’ai hâte de voir comment ils vont s’y prendre dans le Haut-Saint-Laurent qui devrait être relié à la haute vitesse à 99 % en 2022. »

De son côté, le maire de Saint-Anicet, Gino Moretti, est content de voir le dossier avancé. Il croit que la couverture haute vitesse devrait être automatique dans les régions.

« J’ai des gens qui travaillent de la maison ou qui ont des chalets dans ma municipalité, indique le premier magistrat. Les citoyens devraient pouvoir travailler de chez eux sans tracas. »

Il reste toutefois prudent et attend de voir si les paroles suivent les actes.

Laisser un commentaire